Economie
  • LNC | Crée le 12.03.2003 à 21h00 | Mis à jour le 23.07.2016 à 20h59
    Imprimer
    Le directeur général de la Bred Banque Populaire a annoncé officiellement le rachat de 35 % de la Banque calédonienne d'investissement à l'Agence française de développement.

    La Bred Banque Populaire a confirmé son entrée dans le capital de la Banque calédonienne d'investissement à hauteur de 35 % lors d'une conférence de presse à son siège parisien. L'Agence française de développement (AFD) lui cède une première partie de ses parts. La Nouvelle-Calédonie reste, quant à elle, à 50 %. La Bred se donne « deux à trois ans » pour arriver à un nouvel équilibre. C'est en raison d'une nouvelle réglementation internationale que l'AFD a décidé de confier ses parts à un organisme bancaire du secteur concurrentiel. Si elle prend du recul en matière bancaire, l'Agence restera présente en matière de développement sur le territoire. 16 milliards au profit de l'AFD L'accord conclu avec l'AFD entre dans un cadre plus vaste que celui du territoire calédonien. En effet, pour un total de 134 millions d'euros (15,990 milliards CFP) la banque métropolitaine acquiert également 15 % du capital de la Socredo en Polynésie française et prend possession de quatre sociétés de crédit, la Sofider à la Réunion, la Sodema à la Martinique, la Sodega à la Guadeloupe et la Sofideg en Guyane. Ces dernières seront totalement intégrées à la Bred Banque Populaire et bénéficieront au final de la panoplie complète des services bancaires. Si la Socredo et la BCI ont le statut de banques, M. de Fournas constate dans leur bilan que « le niveau des crédits est presque deux fois supérieur à celui des dépôts ». Sa société leur amènera donc également son savoir-faire dans le domaine bancaire. François-Xavier de Fournas a également indiqué que « les discussions avec le gouvernement calédonien sont plus avancées que celles engagées avec le gouvernement polynésien. C'est pourquoi nous allons prendre la direction de la banque. » Le groupe bancaire est déjà présent outre-mer notamment à la Réunion et à Mayotte. Il a récemment intégré le Crédit martiniquais. Avec ses nouvelles acquisitions et prises de participations, il réalisera 40 à 45 % de ses activités outre-mer.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS