France
  • AFP | Crée le 16.03.2019 à 04h25 | Mis à jour le 16.03.2019 à 04h25
    Imprimer
    « Notre objectif est de pomper tout ce qui pourra être pompé », a assuré le ministre de la Transition écologique François de Rugy.Photo AFP

    POLLUTION. Deux nappes d’hydrocarbures dérivent désormais à plus de 300 km au large de La Rochelle après le naufrage du navire italien Grande America et menacent les côtes de Gironde et de Charente-Maritime, deux départements placés en « pré-alerte » pour anticiper tout risque de pollution.

    « Il y a à ce stade deux nappes, une qui avait été constatée hier soir et une autre qui a été constatée ce matin », a déclaré jeudi le ministre de la Transition écologique François de Rugy, après un passage au centre de crise mis en place à la préfecture maritime de l’Atlantique à Brest. Les deux nappes dérivent, « plein est », à une vitesse de 35 km par jour environ, a souligné Stéphane Doll, directeur du Cedre (Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux). Les deux nappes se situent à environ 300 km de La Rochelle (Charente-Maritime) et ne devraient pas atteindre les côtes avant plusieurs jours.

    « L’une a une longueur de 13 km et une largeur de 7 km, elle présente un aspect assez compact, la seconde est d’une longueur de 9 km et d’une largeur de 7 km, elle a un aspect un peu plus morcelé. Ces deux nappes sont environ distantes d’une vingtaine de kilomètres », a précisé le porte-parole de la préfecture maritime Riaz Akhoune. La seconde est à la verticale de l’épave, qui repose à une profondeur de 4 600 mètres.

    Le Grande America a coulé mardi à 333 km à l’ouest de La Rochelle avec des matières dangereuses et 2 200 tonnes de fioul lourd dans ses soutes, après un incendie à bord. Il transportait également 2 210 véhicules. Ses 27 occupants ont été secourus sains et saufs et ramenés à Brest.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS