France
  • AFP | Crée le 20.06.2019 à 04h25 | Mis à jour le 20.06.2019 à 09h39
    Imprimer
    L’édifice, l’une des plus belles gares de France. Ses décors art déco avaient disparu depuis 41 ans.Photo DR

    LIMOGES. 1978, la gare de Limoges-Bénédictins (Haute-Vienne) doit être rénovée. René Brissaud, un cheminot aujourd’hui décédé, est chargé du chantier de démolition : les guichets, les salles d’attente et les décors art déco de 1929 sont voués à la casse. Amoureux du patrimoine, le cheminot décide alors avec son équipe, évidemment sans en parler à sa hiérarchie, de détourner un wagon et d’acheminer clandestinement ces éléments jusqu’à Saint-Léonard-de-Noblat, à une vingtaine de km de Limoges.

    Stockés dans des bâtisses, les décors sont confiés dix ans plus tard à l’association HistoRail. Parmi les œuvres sauvées : une grande carte touristique de la région enchâssée dans une menuiserie de 6,30 m de haut surmontée d’une frise de carreaux en porcelaine de Limoges.

    En 2000, le conservateur des Monuments historiques à Limoges apprend que ces éléments existent toujours. Il découvre la carte « toute chiffonnée », un millier de carreaux de porcelaine émaillée de la manufacture Tharaud, « cuite à 1 400 degrés et donc inaltérable » et les menuiseries en bois exotique Bilinga « dans un parfait état ».

    La Fondation du Patrimoine devrait lancer une souscription pour que ces éléments retrouvent leur emplacement d’origine.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS