France
  • AFP | Crée le 13.03.2019 à 05h41 | Mis à jour le 13.03.2019 à 15h43
    Imprimer
    Des personnages en carton-pâte caricaturant notamment le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, avaient été promenés dans la ville. Photo Clement Mahoudeau/AFP

    FAITS DIVERS. Vitrines de magasins brisées, scooters et poubelles incendiés, caméras de vidéosurveillance détruites : sept personnes ont été interpellées dimanche soir à Marseille à l’issue du carnaval organisé dans le quartier de La Plaine, dont la rénovation est vivement contestée par des habitants depuis des mois.

    Le carnaval, qui avait débuté dans l’après-midi et rassemblé 3 400 personnes selon la police, a dégénéré en fin de manifestation et des affrontements ont éclaté jusqu’à une heure du matin entre les forces de l’ordre et quelque 300 manifestants. Deux policiers ont été blessés lors des échauffourées, a indiqué la direction départementale de la sécurité publique (DDSP).

    L’Arc de Triomphe de la porte d’Aix a été tagué par de nombreuses inscriptions, des bombes agricoles ont été jetées sur les policiers et « beaucoup d’établissements bancaires » vandalisés, a ajouté la même source.

    « Cela dure depuis des mois. Notre quartier est mis sous la coupe de groupes radicaux. Qu’avons-nous fait pour mériter ça ? Sommes-nous destinés à vivre dans la peur ? », dénoncent lundi dans un communiqué des habitants de ce quartier du centre de Marseille. « Les dégradations commises sur les bâtiments municipaux et patrimoniaux sont inqualifiables, notamment celles commises sur l’Arc de Triomphe de la porte d’Aix », a réagi, lundi, Jean-Claude Gaudin, se disant « choqué par le déchaînement de violence » : « Je souhaite que les coupables soient sévèrement punis. »

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS