France
  • | Crée le 14.03.2019 à 04h25 | Mis à jour le 14.03.2019 à 08h26
    Imprimer
    Le Grande America, d’une longueur de 214 mètres, était un navire hybride entre un roulier et un porte-conteneurs. Photo Loic Bernardin/AFP

    MER. Après deux jours d’incendie et l’évacuation des 27 membres d’équipages, le navire de commerce italien Grande America a finalement coulé, mardi, en milieu d’après-midi à plus de 300 km du Finistère, le gouvernement français n’écartant pas un risque de pollution en l’absence de données complètes sur sa cargaison.

    « Le bateau a coulé à 15 h 26 par 4 600 m de fond », à environ 333 km des côtes françaises, soit en zone économique exclusive française, a précisé la préfecture maritime de l’Atlantique. Le navire transportait des conteneurs et des véhicules. « Nous allons envisager les moyens de lutte antipollution, car, comme toujours dans ces cas-là, il y a un risque de pollution, il ne faut pas le nier, d’abord parce qu’il y a une cargaison de fioul lourd qui était le carburant de propulsion », a expliqué devant l’Assemblée nationale le ministre de la Transition écologique François de Rugy.

    Le ministre a expliqué qu’il fallait encore identifier le contenu de la cargaison « pour connaître la nature exacte des produits contenus dans les conteneurs dont certains sont tombés à l’eau, avant même que le navire ne coule ». « Nous allons voir s’il faut mobiliser des moyens sous-marins antipollution », a précisé le ministre, même si le navire a sombré très loin des côtes. Dimanche, vers 20 h, le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) d’Etel a été informé par le MRCC (Maritime rescue coordination center) de Rome de la situation à bord du Grande America.

    Le navire a déclaré un incendie à son bord alors qu’il se trouvait à environ 263 kilomètres au sud-ouest de la pointe de Penmarc’h (sud Finistère).

    Après avoir annoncé dans un premier temps avoir maîtrisé l’incendie et vouloir faire route vers La Corogne (Espagne), le commandant du navire a informé les autorités maritimes de la dégradation de la situation alors que plusieurs conteneurs étaient en feu. Il a décidé peu après 2 h d’abandonner le navire, à bord d’une seule embarcation de sauvetage. Les 26 membres d’équipage et un passager ont pu ensuite être secourus par une frégate britannique déroutée sur zone.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS