France
  • | Crée le 06.06.2019 à 10h33 | Mis à jour le 06.06.2019 à 10h33
    Imprimer

    « L’AVENTURE ÉROTIQUE »

    - « Quand les Allemands sont arrivés, les hommes ont dû se cacher. Mais quand les Américains sont arrivés, il a fallu cacher les femmes. » Cette blague française résume bien « l’aventure érotique » que le commandement américain avait promise aux GI’s débarquant en France, pour les motiver à combattre, affirme l’historienne, Mary Louise Roberts, dans Des GI’s et des femmes (Le Seuil). La propagande dépeignait la France comme « un bordel génial habité par 40 millions d’hédonistes ». Dans les leçons de langue étrangère publiées, on apprenait au GI à dire en allemand « tu veux une cigarette », alors qu’en français, c’était « vous êtes très jolie Madame », raconte l’historienne. 152 soldats américains ont été poursuivis en justice pour des viols.

    LE SPECTRE DE L’ÉCHEC

    - Non, la victoire n’était pas acquise. A tel point que Dwight Eisenhower, commandant des forces alliées, avait rédigé un communiqué le 5 juin, nommé « In case of failure » (en cas d’échec) : « Les débarquements dans la zone de Cherbourg-Le Havre n’ont pas réussi à conquérir une tête de pont suffisante et j’ai dû replier les troupes […] Si quelque faute a été commise, j’en porte seul la responsabilité ».

    OPÉRATION DÉSINFORMATION

    - Une vaste opération de manipulation vise à conforter les Allemands dans l’idée que le Débarquement aura lieu en Scandinavie puis dans le Pas-de-Calais, près des côtes anglaises. On bâtit des camps virtuels, avec des chars gonflables, le long des côtes britanniques faisant face au Pas-de-Calais. On fait parvenir des messages radio bidons. On organise des fuites vers les services de renseignement allemands. La supercherie est si bien exécutée qu’après le 6 juin, les Allemands croiront encore à un deuxième débarquement dans le Pas-de Calais. Et Hitler tardera à donner l’ordre à la 15e armée, basée dans le Pas-de-Calais, de rejoindre le front normand.

    LA GUERRE DU CRYPTAGE

    - Il fallait empêcher l’ennemi de décrypter les messages des soldats lors du Débarquement. Mais utiliser un code prenait trop de temps à chiffrer puis à déchiffrer. Les Américains ont alors choisi les Amérindiens, et en particulier les Comanches, comme agents de transmissions. « Mon père m’a expliqué qu’en langue comanche, homme blanc fou signifiait Hitler », explique John Parker, 59 ans, fils de Simmons Parker. Une mitrailleuse de calibre 30 était traduite par « machine à coudre à feu », un avion bombardier « oiseau enceinte » et un champ de mines « sous la terre et ça tuera ».

    DÉBARQUEMENT EN… INDONÉSIE

    - En décembre 2018, la poste britannique a dû présenter ses excuses après avoir dévoilé un timbre destiné à marquer en 2019 le 75e anniversaire du 6 juin 1944 et qui montrait des troupes américaines débarquant en… Nouvelle-Guinée néerlandaise (Indonésie aujourd’hui). « Nous voudrions vous présenter nos sincères excuses », a indiqué la Royal Mail. « Merci de corriger ou vous passerez pour des imbéciles », avait tweeté Paul Woodadge, un historien spécialiste du sujet.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS