Grand Nouméa
  • Aurélien Pol | Crée le 15.04.2019 à 04h25 | Mis à jour le 15.04.2019 à 08h16
    Imprimer
    En début de matinée, particulièrement frais dans la vallée de Koé, il valait mieux s’échauffer avant de débuter la course. Cette mise en jambes a été effectuée dans une ambiance conviviale et musicale avant le top départ. Photos A.P
    DUMBÉA. La Dumbéenne, une course pour la bonne cause, réservée à la gent féminine, a été organisée par l’Association Vallée de Koé hier. Près de 420 femmes y ont participé.

    Quatrième édition, 4 kilomètres au programme. A 8 h 15, quinze minutes avant le départ de la Dumbéenne, tout le monde était déjà prêt pour un échauffement dans la bonne humeur. Il fallait bien se préparer car « aujourd’hui on court pour la bonne cause », ne manque pas de rappeler Kim, 32 ans, qui participe pour la deuxième fois. « Les fonds récoltés serviront à organiser des journées pour l’Association France-Alzheimer sur notre site », indique Louise Adielson, la présidente de l’Association Vallée de Koé, « œuvrant pour le bien-être des seniors ». La course est exclusivement réservée à la gent féminine. « Cela nous permet de montrer notre solidarité à l’égard des femmes, de renforcer notre cohésion dans une ambiance particulière chaque année », poursuit la présidente.

    La pluie est tombée en abondance samedi. Dans certains endroits, la vigilance était de mise pour ne pas glisser.

     

    Un site historique en pleine nature

    Le but de l’événement n’est pas de pulvériser des records. Pour preuve, seulement une vingtaine de coureuses se sont inscrites dans cet objectif. Pour les 400 autres, en majorité, elles avaient la volonté de découvrir la nature luxuriante de cet espace de 60 hectares et de contempler les anciens aménagements laissés par les soldats américains lors de la Seconde Guerre mondiale, à une allure plus ou moins soutenue. « C’est la première fois que je viens ici. On m’a dit que c’était magnifique, c’est cela qui m’a poussée à participer », explique Séverine, sourire aux lèvres. Et elle n’a pas été déçue.

    Les coureuses ont traversé l’ancien cinéma en plein air des GI, aménagé pendant la Seconde Guerre mondiale.

     

    Depuis le public, il n’était pas rare de voir les participantes disparaître dans la végétation, très verte à cette période. Et ensuite les regarder ressurgir dans une autre partie de la vallée, après avoir traversé plusieurs creeks. Les visiteuses ont pu admirer l’ancien cinéma en plein air des GI avant d’arriver à la tente du général, située dans les hauteurs. Une occasion de prendre une pause avant de poursuivre sur la grande tyrolienne de la vallée de Koé. « C’était excellent, je reviendrai l’année prochaine », promet Séverine.

    La course a été remportée par Alexandra Dervillez, en 21 minutes et 21 secondes.

    Les participantes étaient accueillies dans la joie et la bonne humeur à l’arrivée.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS