Grand Nouméa
  • Clémentine Guenot / clementine.guenot@lnc.nc | Crée le 06.06.2019 à 04h25 | Mis à jour le 06.06.2019 à 08h31
    Imprimer
    De g. à d. : Patrick Schoukroun, ancien directeur, Benjamin Decubber, cogérant, Julien (Incontrol) professeur de musique actuelle, et Clément Dacquay, cogérant. Photo C.G.
    CENTRE-VILLE. L’école de musique Music Station située en haut de la rue Jean-Jaurès a changé de gérants. Ils viennent tout juste de prendre possession des lieux le 1er juin.

    L’agencement des box et des bureaux ne devrait pas trop évoluer à Music Station qui a changé de gérance depuis le début du mois. Un coup de peinture plus tard, l’école de musique accueille à nouveau les élèves le mercredi. Des cours de piano, de guitare, de percussion et de batterie sont proposés. « On reste sur du classique pour l’instant », explique Clément Dacquay, qui a repris l’affaire en cogérance avec Benjamin Decubber, avec qui il gère également Rémora production.

    Dans l’immédiat, seuls les cours de musique actuelle sortent de l’ordinaire. « L’idée, c’est avant tout de relancer l’école. Dès que nous aurons plus de demandes, nous ouvrirons d’autres créneaux et d’autres apprentissages », assure Clément.

    Car la gestion d’une école de musique est une nouveauté pour les quatre associés qui reprennent Music Station. « On évolue tous dans la musique depuis une dizaine d’années, mais nous sommes plus spécialisés dans la technique son et lumière. » Des branches pour lesquelles ils aimeraient, à terme, proposer des formations. Parmi les évolutions que devrait connaître le lieu, il y a l’idée de partager les locaux avec des personnes ou des activités en lien avec la musique. Les nouveaux gérants veulent donner plus de vie à Music Station. « On veut en faire un espace culturel alternatif, avec des démonstrations, lors de vernissages, d’expositions, ou bien de passage d’artistes », annonce Clément, enthousiaste.

    « Je pars le cœur gros »

    L’état d’esprit de Patrick Schoukroun, l’ancien directeur, est moins gai. « Depuis 2001, je suis dans cette école de musique, rappelle-t-il, et j’en suis directeur depuis 2006. » Laisser Music Station aujourd’hui n’est pas une chose facile pour celui qui y a dédié une partie de sa vie. Il se rappelle les bons moments, les enregistrements de disque, les parcours des enfants qu’il a vu grandir. Il y avait parmi eux Julia Paul, qui, pour l’anecdote, devrait donner des cours à son tour, dans cette école.

    « Je pars le cœur gros. Peiné, mais heureux de savoir qu’il y aura une suite », souffle-t-il. Car il n’était pas question de laisser l’école de musique à n’importe qui. Aujourd’hui, « ce sont des jeunes dynamiques » qui en prennent la direction. Avec une philosophie proche de celle de Patrick Schoukroun. « Je voulais que ce lieu reste dédié à la musique, à l’art et à l’événementiel. Je suis sûr qu’ils vont réussir à créer une énergie que je ne suis pas parvenu à obtenir faute d’unité au sein de mon équipe », affirme l’ancien directeur.

    Aujourd’hui, il lâche son entreprise pour retrouver sa famille en Métropole et jouer, à nouveau, « avec des musiciens avec lesquels j’ai envie de faire de la musique », souligne-t-il, ému.

    Le dernier mot, il veut le dédier aux parents d’élèves qui l’ont soutenu et ont fait vivre l’école.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS