Grand Nouméa
  • K.P. | Crée le 18.02.2019 à 04h25 | Mis à jour le 18.02.2019 à 07h30
    Imprimer
    Samedi, les familles sont venues s’enquérir des dernières fournitures qui leur manquent à la veille de la rentrée scolaire. Photo K.P.
    MONT-DORE. Le Centre d’éducation à l’environnement a lancé une action à la fois solidaire et environnementale, la semaine dernière. Cette première édition a permis d’offrir des fournitures scolaires à ceux qui en ont besoin.

    « L’ idée m’est venue simplement. Chez moi, j’ai des livres, des cahiers et des stylos qui ne me servent plus. Parallèlement, je constate que la rentrée représente un coût important pour les familles nombreuses. Alors on a monté ce projet avec Diana », introduit Coralie Guillou, gestionnaire environnement au Centre d’éducation à l’environnement. La semaine dernière, les deux femmes ont mis sur pied une collecte de fournitures scolaires.

    Affaires scolaires et tenues communes

    Les affaires sont entreposées dans la salle d’exposition du complexe situé au niveau du rond-point de Boulari. Et pour une première, le public a répondu présent. « Nous avons ouvert tous les jours de 7 h 30 à 17 heures, et ce samedi de 8 heures à midi, afin de toucher le plus de monde possible. On a reçu près d'une quarantaine de familles et beaucoup de jeunes, du Mont-Dore, mais aussi de Yaté, de Nouméa et de Houaïlou », poursuit Diana, co-éducatrice, qui tient à jour un livre comptable des entrées et sorties de marchandises. Les personnes viennent déposer leurs affaires en bon état, comme les cartables, les trousses, les livres, les calculatrices, les compas, les règles, etc., ainsi que des vêtements et des chaussures pour enfants. « Nous avons également ouvert aux tenues communes des écoles, ce qui est apprécié des parents. Ensuite, d’autres personnes viennent gratuitement chercher ce dont elles ont besoin », détaille Coralie.

    « Une belle initiative »

    Serge arrive avec un sac rempli de livres, de cartables et de feuilles de classeur. « C’est une belle initiative solidaire, et cela donne une seconde vie aux choses, c’est bien pour l’environnement. » Il repart les mains vides. « On n’est pas dans un système de troc, on prend juste ce dont on a besoin, et les enfants ont bien compris ce sens du partage. On peut prendre gratuitement tout en laissant aux autres », précisent les organisatrices. « C’est ouvert à tout le monde, et ça fonctionne bien avec les réseaux sociaux, les médias et surtout le bouche-à-oreille », note Coralie. L’action sera peut-être reconduite en 2020, suivant le bilan de cette édition 2019.


    Savoir +

    Vu le stock de fournitures scolaires qu’il reste, Diana prévoit une dernière ouverture du stand mercredi 20 février, de 7 h 30 à 16 heures.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS