Grand Nouméa
  • Sophie Boltz | Crée le 12.02.2019 à 04h25 | Mis à jour le 15.02.2019 à 20h04
    Imprimer
    Le Néobus va subir des tests avant d’être mis en circulation le 1er septembre. Photo Cyril Terrien
    4e-KM. Il n’attend qu’un tour de clé pour démarrer. Arrivé récemment, le premier Néobus a été dévoilé hier, au nouveau centre de maintenance. Il présente plusieurs nouveautés. Petite visite du véhicule.

    ♦ Un long bus

    Le Néobus a la particularité d’être articulé. Alors que les bus actuels font 9 ou 12 mètres de long, lui, en fait 18. Pour 2,55 mètres de large et 3 mètres de haut.

    ♦ Capacité d’accueil

    En tout temps, les usagers qui voyageront debout devront veiller à bien se tenir. La partie articulée du Néobus, dans laquelle il n’y a pas de siège, n’échappe pas à la règle.

     

    Le véhicule peut transporter de 120 à 140 usagers. Soit une trentaine de personnes assises et jusqu’à 110 debout. « Il va falloir apprendre à bien se tenir. Y compris dans la partie articulée », rappelle Éric Burger, responsable de la mission Transamo, partenaire du Syndicat mixte de transports urbains (SMTU).

    ♦ Wifi

    Les usagers pourront se connecter à Internet dans le Néobus et dans les stations. « Ils pourront consulter nos sites, les réseaux sociaux, mais pas télécharger des vidéos », précise Christophe Lefèvre. Une vingtaine de ports USB permettent de recharger son matériel.

    ♦ Sièges, sol et climatisation

    Avec ses sièges en tissu colléet son sol vitrifié qui rappelle le parquet, le Néobus est flambant neuf. « Nous espérons que ce nouvel équipement donnera aux usagers l’envie de le respecter », s’exclame Christophe Lefeèvre, directeur du SMTU du Grand Nouméa.

     

    Les sièges en tissu collé ont été choisis à la fois pour « leur confort et pour leur résistance à un usage parfois intensif », a lancé Christophe Lefèvre dans un sourire.

     

    La trentaine de sièges sont en tissu collé. S’ils semblent durs, Christophe Lefèvre, directeur du SMTU du Grand Nouméa, indique que c’est un compromis entre « le confort et la résistance ». Le sol est vitrifié, ce qui lui donne un effet parquet ». Les véhicules sont climatisés.

    ♦ Un accès facilité pour les PMR

    Dans le Néobus, deux emplacements sont réservés aux personnes à mobilité réduite. Ils sont reconnaissables au logo blanc qui figure au sol.

     

    Si les bus actuels transportent les personnes à mobilité réduite (PMR) et celles promenant une poussette, la montée à bord n’est « pas toujours facile », note Christophe Lefèvre. Le Néobus est équipé de planchettes qui permettent à ces personnes de monter ou de descendre plus facilement. Elles pourront se signaler grâce à un bouton.

    ♦ Système d’informations

    Les informations destinées aux voyageurs s’afficheront sur un écran visible de tous. Les usagers pourront y découvrir, entre autres, la durée du voyage jusqu’à l’arrêt suivant.

     

    En consultant l’écran, les usagers pourront savoir combien de temps il reste avant l’arrêt suivant et avant l’arrivée au terminus.

    ♦ Pollution

    Autre nouveauté : « Le Néobus répond aux normes euro 6, qui sont anti-pollution. Elles fixent des taux de rejets minimum », pointe Éric Burger.

    ♦ Huit caméras à bord

    Huit caméras filmeront l’intérieur du bus. « On va pouvoir visualiser cela en temps réel au centre de maintenance. Au besoin, on pourra aussi agir, toujours en temps réel, avec l’aide des contrôleurs », explique Christophe Lefèvre.

    ♦ Le chauffeur isolé

    Une vitre isolera désormais le chauffeur des usagers pour qu’il ne communique pas avec eux. Il ne vendra plus de ticket à bord. « Grâce à ça, on garantit une vitesse commerciale », explique Éric Burger.

    ♦ Pas de vélos

    Si la piste a été évoquée, les vélos ne monteront pas à bord du Néobus.

    Le centre de maintenance, un rôle crucial

    C’est sur ce site, encore un peu vide, que les Néobus seront entreposés. Photo Cyril Terrien

     

    Situé près du rond-point de Bellevie, le centre de maintenance ne sera pas ouvert au public. Pourtant, il jouera un rôle indispensable dans le bon fonctionnement des Néobus. Y seront rassemblés tous les métiers liés à l’exploitation de ces véhicules ainsi que le service régulation.

    Tout, ou presque, est fin prêt pour accueillir les Néobus. Et les entretenir.

    Une trentaine de chauffeurs à recruter

    « Le Néobus est garanti deux ans et il sera entretenu par Sodauto », fait savoir Hervé Stenfort, PDG de Carsud. « C’est ici que seront faits les vidanges, graissages, vérifications des courroies et des climatisations », détaille-t-il.

    Pour le reste, Carsud cherche toujours à embaucher une trentaine de chauffeurs. « Nous avons lancé un appel à candidatures avec la province Sud », indique le PDG de Carsud. Deux chauffeurs ont déjà été se former à la conduite du Néobus à Nantes. C’est à eux que reviendra la charge de former leurs nouveaux collègues.

    Pour rappel, Carsud assurera le service de transport sur le lot 1, comprenant la nouvelle ligne Néobus et le périmètre Carsud actuel.

    22

    À terme, c’est le nombre de Néobus qui seront en circulation. Un seul véhicule est arrivé à Nouméa. Quelques-uns sont déjà en mer, d’autres s’apprêtent à quitter la Métropole. Ils sont fabriqués par Iveco, à Lyon.

    Repères

    Prochaines étapes

    En mars, le Néobus passera des tests. « Nous allons vérifier si le bus passe partout sur la ligne », précise Éric Burger. Puis, les équipes feront circuler deux Néobus en même temps pour voir si tout fonctionne bien, notamment quand ils se croisent. En avril ou en mai, les informations livrées aux voyageurs seront testées. Enfin, le Néobus sera mis en circulation le 1er septembre.

    Des trajets courts

    La ligne du Néobus mènera du Médipôle, à Dumbéa-sur-Mer à la Moselle. Le trajet durera quinze minutes.

    Tickets et pass…

    Les usagers pourront s’acheter un ticket à l’unité ou recharger leur pass Tanéo aux distributeurs automatiques des stations ou dans une agence commerciale. Celles-ci sont situées à Port-Moselle, à Koutio et au Quai-Ferry, en face du Bingo.

    ...vendus à un prix plus élevé

    « Les tarifs ont été votés récemment. Nous communiquerons là-dessus fin mars », fait savoir Christophe Lefèvre en précisant qu’il y aura une petite inflation.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS