Grand Nouméa
  • C.G | Crée le 15.04.2019 à 04h25 | Mis à jour le 15.04.2019 à 07h56
    Imprimer
    Les établissements scolaires équipés d’imprimantes 3D sont de plus en plus nombreux à Nouméa. Photo C.G.

    Oswald, Jesse et Leyha ont conçu, samedi matin à la médiathèque de Rivière-Salée, des pièces en 3D pour construire une petite voiture.

    Manier Tinkercadre est tout nouveau pour eux. Le logiciel est gratuit et en ligne, c’est pour cela que l’intervenant, Fabien Guilard, l’utilise. « C’est un outil basique mais très facile à prendre en main, et l’avantage, c’est que les enfants peuvent l’utiliser chez eux », explique l’ingénieur.

    L’objectif de la matinée était de comprendre comment marche l’impression 3D. Les enfants d’une dizaine d’années ont donc dessiné chaque pièce du futur « bolide ».

    Celles-ci seront ensuite imprimées en 3D et assemblées. Leurs concepteurs pourront personnaliser les voiturettes, samedi 27 avril, lors de la Fête des bibliothèques. Ce sera aussi le moment de tester les capacités des bolides lors d’une course. La propulsion est assurée à l’aide un ballon de baudruche, qui donne l’élan à l’engin en se dégonflant.

    Pour Fabien Guilard, ce type d’atelier ludique est essentiel. En plus de réduire la fracture numérique et d’éviter que l’écart des connaissances se creuse avec les autres pays, la conception 3D est une manière de relocaliser la production. « Le numérique nous permet de réparer en recréant les pièces cassées par exemple », souligne l’intervenant. Les enfants qui ont participé, samedi, ont semblé vite s’adapter aux outils.


    Savoir +

    Rendez-vous à la médiathèque, le 27 avril, de 9 h 30 à 12 h 30.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS