Îles
  • LNC | Crée le 08.03.2008 à 21h00 | Mis à jour le 23.07.2016 à 18h25
    Imprimer
    Travaux en retard, système électrique défectueux, dégât des eaux... La rentrée n'a pas été de tout repos à l'école maternelle du groupe scolaire Wadewi-Washetine. Sauf, peut-être, pour les élèves qui ont vu leurs vacances prolongées.

    Les élèves de maternelle du district de Penelo n'ont pas suivi leurs aînés de l'école primaire. Ils ont eu droit à un petit « rab de vacances ». En effet, la veille de la rentrée, les deux instituteurs de l'école maternelle du groupe scolaire Wadewi-Washetine constatent qu'ils ne vont pas pouvoir accueillir les élèves. Il n'y a plus d'eau dans l'établissement et des problèmes électriques importants. Une seule salle de classe a de la lumière, les toilettes sont inutilisables et les dalles des faux plafonds, qui s'écroulaient, ont été enlevées mais non remises. La directrice, Julie Bernadet, a donc appelé à l'aide les services municipaux et la Dacas (Direction de l'action communautaire et de l'action sociale). Conclusion : il faut des travaux à l'école avant de pouvoir entamer cette nouvelle année scolaire. Le directeur adjoint de la Dacas, M. Gambey, s'est rendu sur les lieux « par courtoisie car on m'avait appelé », mais n'a pu intervenir, « ce genre de problème n'est pas de notre ressort », a-t-il précisé. « Des problèmes techniques comme ceux de la maternelle de Patho, il y en a dans toutes les écoles. C'est la municipalité qui doit intervenir. » Armand Guanere, responsable technique des écoles, est consterné car des travaux de réfection avaient été commandés pendant les vacances. Mais il semble que l'entreprise n'ait pu réaliser le travail, en temps et en heure, en raison des problèmes d'approvisionnement qu'a connus récemment l'île. Quand le sort s'acharne Les instituteurs se sont donc retrouvés au chômage technique la première semaine, et les parents d'élèves étaient désolés devant l'état des classes. Ils ont dû revenir lundi pour un deuxième acte de la rentrée. En effet, les travaux ont été diligentés, et les enfants ont pu enfin rejoindre leur classe bien qu'il manque toujours le faux plafond et que les urinoirs des garçons soient inutilisables. « Ce sera fait la semaine prochaine, promet Armand Guanéré, on attend les nouveaux plafonds qui ont été commandés à Nouméa. » Et comme si, cette année, un mauvais sort avait été jeté sur cette rentrée, dans la nuit de lundi à mardi, de violentes pluies se sont abattues et ont eu raison d'un coin de la toiture de l'école. Au matin, la classe de Charles Hmae était complètement inondée et à cause, de l'humidité, des courts-circuits ont empêché l'utilisation de l'éclairage. Les instituteurs ont donc réuni les petits dans la classe de Mme Bernadet, qui était la seule restée intacte. Les toilettes et le préau ont également subi des dommages. « Les problèmes, ici, ne datent pas d'hier, dit Charles Hmae, l'instituteur de la petite et moyenne section, je suis dans cette école depuis fort longtemps et il y a toujours eu des fuites, des soucis d'électricité et autres. Il y a quelques années, la plomberie sous le plancher avait cédé et une vraie fontaine avait jailli au milieu de ma classe ! » Le toit a été rapidement remis en état et un électricien est venu vérifier tous les branchements. Les cours ont pureprendre ce jeudi, presque normalement. Il faudra, en effet, attendre encore un peu pour que le plafond soit réparé. Quelle rentrée !

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS