Îles
  • LNC | Crée le 07.03.2008 à 21h00 | Mis à jour le 23.07.2016 à 18h25
    Imprimer

    Maki Wéa est le chef de liste du Parti travailliste. Ce militant de 59 ans, aujourd'hui retraité d'Aircal, a connu un parcours politique très engagé : membre des Foulards rouges puis de l'Union multiraciale, du Fulk et du comité de lutte. Actuellement, il est président du comité provincial des îles Loyauté et président de la ligue calédonienne de volley-ball, Maki Wéa est également membre du conseil régional de l'eglise évangélique. Le Parti travailliste, la branche politique de l'USTKE ,n'a que trois mois d'existence et la décision de créer une liste à Ouvéa pour ces municipales se résume à ce constat : « Le Kanak n'est plus au centre mais à côté. Plus aucun parti indépendantiste, aujourd'hui, ne lève le doigt pour lutter contre les injustices. Nous voulons, à travers cette liste, montrer que le sang versé à Ouvéa en 1988 ne l'a pas été pour rien, que l'esprit indépendantiste est toujours en mouvement. » « Le Parti travailliste veut imposer des réformes de fond » Maki Wéa insiste sur le fait que le Parti travailliste se lance pour la première fois dans des élections et que son ambition est, avant tout, d'être à l'écoute des besoins des habitants et au service de la population. Il est aujourd'hui, estime-t-il, nécessaire d'informer les gens que le Parti travailliste souhaite « prendre le relais de la position générale des indépendantistes puisque les partis historiques sont ligotés par le système politique français et par la droite locale ». Ainsi, la liste présentée par le Parti travailliste à Ouvéa se veut avant tout un laboratoire d'idées. Et c'est un peu le fond du programme. En effet, le Parti travailliste ne propose pas de programme sous la forme d'une liste de mesures mais il met en avant ses facultés d'écoute et de proposition. « De nombreux jeunes sont dans nos rangs. Ils ont des idées et veulent travailler pour la population de Iaai » , déclare Maki Wéa. Il ajoute que le Parti travailliste désire mettre en place une politique plus participative et de proximité. Avec des idées fortes sur l'éducation, notamment l'attribution des bourses, le coprah, l'arrêt de l'exode vers Nouméa, le Parti travailliste souhaite à l'issue du scrutin une présence significative à la mairie pour imposer des réformes de fond. Macki Wéa souligne l'importance de deux projets qui lui tiennent à coeur : la mise en place rapide d'un site capable d'accueillir le beach-volley lors des Jeux de 2011. Mais aussi et surtout l'installation d'un « musée des Evénements » pour en commémorer les 20 ans. Ce qui, par ailleurs, serait porteur d'emplois.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS