Îles
  • LNC | Crée le 04.02.2008 à 21h00 | Mis à jour le 23.07.2016 à 18h25
    Imprimer
    Henri Fairbank, directeur du Nengone hôtel, prend le chemin de la retraite. Un repos bien mérité après huit années passées au Negone hôtel. Jeudi, sa direction, des personnalités politiques et ses amis lui ont rendu hommage.

    C'est avec une émotion intense et en présence de nombreuses personnalités politiques et coutumières que Samuel Hnepeune, directeur général de la SODIL, et Edouard Xuma, directeur des hôtels de la SODIL, ont chaleureusement remercié Henri Fairbank pour son engagement sans faille au service de l'hôtel, depuis huit ans. Huit années durant lesquelles Henri Fairbank a su déployer toutes ses compétences et son habileté à faire fonctionner l'établissement contre vents et marées, au propre et au figuré. Un coach pour hôtels en difficulté Ce 31 janvier 2008, à 77 ans, Henri Fairbank prend donc une retraite méritée. Le Nengone hôtel sera ainsi le dernier établissement redressé par ce spécialiste de la remise en forme des hôtels en difficulté, comme le gîte de Poingam et le Poé Beach de Bourail, ou encore de la mise en route de nouveaux hôtels comme le Relais de Koulnoue à Hienghène (ancien Club Med). Damien Yéiweiné, représentant le président de la province des Iles, a rappelé les difficultés à surmonter pour faire fonctionner le Nengone hôtel au travers des cyclones, des annulations de vols ou des pannes de bateau ravitailleur. Il a insisté aussi sur « l'impact économique de cet hôtel qui fait travailler directement vingt-quatre personnes auxquelles s'ajoutent les sous-traitants, agriculteurs, artisans... » Basile Citré, le maire de la commune, a dit tout le respect et la gentillesse dont a fait preuve Henri Fairbank pour les employés de l'hôtel qu'il considère « comme ses enfants. C'est donc tout naturellement que ceux-ci l'appellent respectueusement papa. » Il ne quittera pas son île Cette connivence étonnante du directeur et de ses employés est l'arme secrète du personnage. Mais il a aussi une muse qui le guide : sa femme, Malia Fairbank, qui va poursuivre sa tâche d'assistante de direction auprès du nouveau directeur, Régis Rigault. Ainsi, Henri Fairbank ne s'éloigne pas de l'île qu'il aime et va s'installer dans une maison située à la tribu de Cengeité, invité par le conseil des anciens. Il pourra donc suivre de près le passage de l'hôtel en 3e catégorie grâce à son travail et aux investissements importants réalisés par la SODIL. Bien sûr, c'est au piano, comme à son habitude, qu'Henri Fairbank a salué tous les invités et les coutumiers, en particulier les grands chefs de Guhama, Tadine et Eni qui ont toujours soutenu son travail avec bienveillance.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS