Justice
  • Philippe n'est entré dans une maison que pour boire de l'eau fraîche. Jacques n'est pas venu à la barre parce qu'il avait une compétition de beach volley. Justin conduisait sans permis à cause de la coutume. Et Albert voulait tout simplement tuer le chef gendarme de son île... Boire et casser, tôt ou tard, il faut payer. Le tribunal a rappelé, vendredi, à quelques prévenus que l'alcool qui fait faire des bêtises n'est pas une excuse mais une circonstance aggravante. « C'est la matinée des cas désespérants. On se demande ce qu'il faut dire et faire pour empêcher les gens de se suicider socialement ... », a même commenté le procureur Blaser. Tranches de vie d'une séance ordinaire, vendredi au tribunal correctionnel.

    MERCI DE VOUS IDENTIFIER

    Vous devez avoir un compte en ligne sur le site des Nouvelles Calédoniennes pour pouvoir acheter du contenu. Veuillez vous connecter.

    J'AI DÉJA UN COMPTE
    Saisissez votre nom d'utilisateur pour LNC.nc | Les Nouvelles Calédoniennes
    Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.
    JE N'AI PAS DE COMPTE

    Vous avez besoin d'aide ? Vous souhaitez vous abonner, mais vous n'avez pas de carte bancaire ?
    Prenez contact directement avec le service abonnement au (+687) 27 09 65 ou en envoyant un e-mail au service abonnement.
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS