Monde
  • Robbie Corey-Boulet/AFP | Crée le 25.06.2019 à 04h25 | Mis à jour le 25.06.2019 à 09h19
    Imprimer
    La chargée de presse et le porte-parole du Pemier ministre éthiopien ont indiqué que des troubles ont aussi frappé Addis Abeba, la capitale fédérale. Photo Eduardo Soteras/AFP

    ADDIS-ABEBA. Le chef d’état-major de l’armée éthiopienne et un dirigeant régional ont été tués lors d’une « tentative de coup d’Etat » contre le gouvernement d’un grand Etat du nord-ouest, des violences qui illustrent l’instabilité de ce pays que le Premier ministre tente de réformer.

    En uniforme militaire, le chef du gouvernement de ce pays clé de la Corne de l’Afrique, Abiy Ahmed, est apparu à la télévision dans la nuit de samedi à dimanche pour dénoncer les troubles. Face à ceux qui « font taire, tuent et revendiquent le pouvoir en faisant couler le sang », il a prévenu que les Ethiopiens « n’acceptent pas les régimes totalitaires ».

    Samedi après-midi, « une tentative orchestrée de coup d’Etat s’est produite contre l’exécutif du gouvernement régional de l’Amhara », une des neuf régions autonomes d’Ethiopie, a déclaré dans un communiqué le bureau du Premier ministre.

    Le président de la région, Ambachew Mekonnen, et un de ses conseillers « ont succombé aux blessures » infligées lors de l’attaque, selon la même source. Un autre haut responsable régional a été grièvement blessé.

    D’après un journaliste présent à Bahir Dar, la capitale régionale de l’Amhara, deuxième région la plus peuplée du pays, des coups de feu y ont été entendus plusieurs heures durant.

    Les autorités ont accusé le chef de la sécurité de l’Amhara, le général Asaminew Tsige, d’être derrière l’attaque. Arrêté pour un présumé complot remontant à 2009, amnistié et libéré en 2018, il est toujours en fuite, selon plusieurs sources. « Plusieurs heures après, dans ce qui semble une attaque coordonnée », le chef d’état-major des forces armées éthiopiennes, le général Seare Mekonnen, a été tué par son garde du corps à son domicile d’Addis-Abeba, ont ajouté les services du Premier ministre. Un général à la retraite qui lui rendait visite a également été abattu.

    Le garde du corps a été arrêté, de même que de nombreux participants à l’attaque contre le gouvernement de l’Amhara, selon les autorités.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS