Monde
  • AFP | Crée le 25.06.2019 à 04h25 | Mis à jour le 25.06.2019 à 09h32
    Imprimer
    Les quelque 1,5 million d’électeurs ont voté nombreux - 62,66 % de participation, selon la Céni - pour désigner leur président.Photo Sia Kambou/AFP

    MAURITANIE. Le candidat du pouvoir à l’élection présidentielle en Mauritanie, Mohamed Cheikh El-Ghazouani, a été élu avec 52 % des suffrages au premier tour, selon les résultats annoncés, dimanche soir, par la Commission électorale et récusés d’emblée par ses adversaires.

    Ce scrutin doit marquer la première transition entre deux présidents élus dans ce vaste pays du Sahel secoué par de nombreux coups d’Etat de 1978 à 2008, date du putsch qui a porté Mohamed Ould Abdel Aziz au pouvoir, avant son élection en 2009. Le président sortant ne pouvait se représenter après deux mandats. M. Ghazouani s’est déclaré vainqueur à partir des résultats sur 80 % des bureaux de vote, au terme d’une veillée électorale, dans la nuit de samedi à dimanche, en présence de M. Ould Abdel Aziz.

    L’opposition, à laquelle appartiennent quatre de ses cinq concurrents, a qualifié cette annonce précoce de « nouveau coup d’Etat » de la part de ces deux anciens généraux, « éternels putchistes » selon elle. Ses candidats crient depuis des mois aux risques de perpétuation d’un régime « militaire » et de fraude. Dans la soirée, la Commission nationale électorale indépendante (Céni) a confirmé la victoire de M. Ghazouani, qui remporte 52,01 % des voix sur l’ensemble des bureaux. Il est suivi par quatre opposants, dont le militant anti-esclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid (18,58 %) et l’ancien Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar (17,87 %).

    Ces résultats doivent encore être transmis pour validation au Conseil constitutionnel après examen d’éventuels recours, alors que les quatre candidats d’opposition ont annoncé qu’ils utiliseraient toutes les voies légales pour les contester.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS