Monde
  • AFP | Crée le 14.03.2019 à 04h25 | Mis à jour le 14.03.2019 à 09h05
    Imprimer
    L’importante mobilisation étudiante constitue une première indication de l’apparent échec des annonces du chef de l’Etat à calmer la contestation. Photo Ryad Kramdi/AFP

    ALGÉRIE. Des milliers d’étudiants ont manifesté mardi, sans incident, à Alger et dans d’autres villes du pays, pour dénoncer une « ruse » d’Abdelaziz Bouteflika pour se maintenir au pouvoir, au lendemain du retrait de sa candidature à un cinquième mandat et du report sine die de la présidentielle.

    « Les étudiants résistent à la prolongation du quatrième mandat ! », ont scandé les manifestants - auxquels se sont joints des enseignants -, ont constaté des journalistes de l’AFP. Ils ont brandi de nombreux drapeaux et défilé joyeusement dans les artères près de la Grande-Poste. La place autour de ce bâtiment emblématique du cœur de la capitale algérienne, est restée de longues heures noire de monde, avant que la foule se disperse dans le calme en fin d’après-midi.

    « Pacifique, pacifique », ont-ils aussi clamé, reprenant un des mots d’ordre de la contestation née le 22 février, contre la candidature du président Bouteflika à un cinquième mandat à la présidentielle, initialement prévue le 18 avril.

    « Pas de ruse, Bouteflika », ont encore crié les étudiants algérois, qui manifestaient pour le troisième mardi consécutif, après des appels réitérés sur les réseaux sociaux dès le « message à la Nation » de M. Bouteflika lu lundi soir à la TV nationale.

    Confronté à une contestation inédite en vingt ans de pouvoir, le chef de l’Etat algérien a annoncé qu’il renonçait à briguer un cinquième mandat et a reporté sine die la présidentielle.

    Il a prolongé ainsi son mandat jusqu’au prochain scrutin dont la date sera fixée par une « Conférence nationale », dont il souhaite que les travaux s’achèvent « avant la fin de l’année ».

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS