Monde
  • AFP | Crée le 17.06.2019 à 04h25 | Mis à jour le 17.06.2019 à 10h37
    Imprimer
    Les transporteurs sont inquiets. Si les eaux du Golfe persique devenaient dangereuses, l’approvisionnement de l’ensemble du monde occidental pourrait être menacé. Photo AFP

    Arabie saoudite. Après les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, Ryad a accusé hier l’Iran, son grand rival régional, d’être l’auteur des attaques commises jeudi contre deux pétroliers en mer d’Oman. Téhéran nie catégoriquement toute implication dans ces faits survenus près du détroit d’Ormuz, par lequel transite le tiers du pétrole transporté par voie maritime dans le monde.

    Attaque de drone

    Les attaques, qui ont fait bondir les cours de l’or noir, ont frappé un navire japonais transportant du méthanol et un pétrolier chypriote transportant du naphta. Elles sont survenues au moment où le Premier ministre japonais Shinzo Abe était en visite à Téhéran dans l’espoir de réduire les fortes tensions entre Iran et Etats-Unis. « Le régime iranien n’a pas respecté la présence du Premier ministre japonais à Téhéran et a répondu à ses efforts en attaquant deux pétroliers, dont l’un était japonais », a déclaré le prince héritier Mohammed ben Salmane, dans une interview au quotidien Asharq al-Awsat. Samedi, le Conseil de coopération du Golfe a appelé à la sécurisation des approvisionnements en énergie venant du Golfe. A noter que samedi, l’Arabie a intercepté un nouveau drone lancé par les rebelles yéménites contre la ville saoudienne d’Abha. Une attaque revendiquée par les Houthis, soutenus par l’Iran.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS