Monde
  • | Crée le 12.06.2019 à 04h25 | Mis à jour le 12.06.2019 à 09h56
    Imprimer

    Un hélicoptère s’est posé brutalement, lundi, à la mi-journée sur le toit d’une tour de bureaux au cœur de Manhattan, causant la mort du pilote et faisant trembler tout l’immeuble.

    Les causes de l’accident, survenu sur une tour de 54 étages, alors que la ville de New York était recouverte d’un épais brouillard, n’étaient pas immédiatement connues et faisaient l’objet d’une enquête, à la fois des autorités de la ville et du NTSB, l’agence fédérale chargée de la sécurité dans les transports, a indiqué le maire Bill de Blasio, lors d’un point de presse. « Nous n’avons aucune indication sur un quelconque lien avec le terrorisme », a-t-il déclaré aux journalistes. « Cela aurait pu être bien pire. Dieu merci personne d’autre n’a été blessé dans cet accident absolument sidérant », a-t-il ajouté. L’événement s’est déroulé non loin de Times Square et de la Trump Tower, sur une tour de bureaux de 54 étages située sur la 7e avenue, entre les 51e et 52e rues, qui abrite notamment le siège américain de la banque française BNP Paribas, qui a été évacuée.

    L’hélicoptère - un appareil privé de type Agusta A109E, selon l’agence fédérale américaine de l’aviation (FAA) - avait décollé onze minutes plus tôt de l’héliport de la 34e rue. Une photo diffusée par les pompiers le montre réduit à des débris sur le toit de l’immeuble.

    Le maire a indiqué n’avoir pour l’instant « aucune indication » que l’hélicoptère, répertorié comme effectuant un vol d’affaires, avait reçu l’autorisation de décoller de la tour de contrôle de l’aéroport le plus proche, La Guardia, comme il était censé le faire. Certains médias ont affirmé qu’une interdiction de voler était en vigueur dans ce secteur à ce moment-là, en raison du manque de visibilité. L’appareil a pris feu en atterrissant, ont précisé les pompiers. Ils sont arrivés sur les lieux en cinq minutes mais il leur a fallu environ trente minutes pour éteindre l’incendie, a expliqué Thomas Richardson, un de leurs responsables. Photo AFP

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS