Nouvelle Calédonie
  • E.C. | Crée le 15.03.2019 à 04h30 | Mis à jour le 15.03.2019 à 04h30
    Imprimer
    Bernard Deladrière, membre du gouvernement en charge de la francophonie, a présenté, hier, le programme de la semaine. Photo DR
    SOCIÉTÉ. Atelier de graff, match d’improvisation, dictée juniors : pour sa 23e édition, la Semaine de la francophonie cherche à susciter l’intérêt des jeunes. L’idée : « leur donner envie de s’exprimer en français. »

    Des incontournables « week-end », « camping », ou « parking », au plus récents « feed-back », « teaser », « smartphone » « follower », ou « spoiler » : difficile de résister au florilège d’anglicismes qui envahissent la langue de Molière. Pour y répondre, la Semaine de la francophonie en Nouvelle-Calédonie, du 16 au 24 mars, vous invite à le dire « En français, s’il vous plaît ».

    Signé de l’organisation internationale de la Francophonie (OIF) pour cette 23e édition, ce slogan est aussi « un clin d’œil aux jeunes qui ont la chance de parler cette langue partagée par plus de 300 millions de locuteurs dans le monde », a souligné, hier, Bernard Deladrière, membre du gouvernement en charge de la Francophonie.

    Organisé par le Creipac, avec le soutien de l’exécutif, l’événement peut aussi compter cette année sur l’appui de la Direction de l’enseignement de la Nouvelle-Calédonie, du vice-rectorat, de la bibliothèque Bernheim, de l’Alliance Champlain, et de l’Association témoignage d’un passé.


    Une dictée « juniors »

    L’opération nationale « Dis-moi dix mots » proposera aux jeunes de découvrir de nouveaux mots comme « phylactère », ou « logogramme ». Rien de tel qu’un match d’impro avec la troupe Ouhlala ou qu’un atelier de graff pour apprendre en riant. La journée du 21 mars sera consacrée à l’élaboration d’une fresque sur un mur du Creipac avec des lycéens du Grand Nouméa, sous la houlette notamment de Yann Skyronka, de Oletii Grafiti.

    Outre la classique dictée du Pacifique, demain, samedi, réservée aux plus de 13 ans, une version « juniors » rédigée par l’écrivain et scénariste Sosthène Desanges attend tous les élèves du cycle 3 (CM1-CM2 et sixième) du pays le vendredi 22 mars. « Pas d’obligation, précise Valérie Meunier, directrice du Creipac. L’idée, c’est qu’ils s’amusent avec des mots nouveaux, de découvrir en jouant avec la langue française. »

    Cibles de cette 23e édition, les jeunes feront donc l’objet d’une attention particulière. Le but : « qu’ils aient envie de s’exprimer en français ».

    Savoir +

    L’organisation internationale de la Francophonie regroupe quatre-vingt-huit pays.
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS