Nouvelle Calédonie
  • J.-A.G.-L. | Crée le 20.06.2019 à 05h46 | Mis à jour le 20.06.2019 à 07h15
    Imprimer
    WWF, Calédoclean, SOS Mangroves et Sea Shepherd se sont opposés aux filets anti-requins. Ph. province Sud

    SOCIÉTÉ. Dans un courrier adressé à la présidente de la province Sud, Sonia Backès, et à la maire de Nouméa, Sonia Lagarde, et diffusé hier sur les réseaux sociaux, deux associations, Calédoclean et SOS Mangroves, et deux organisations non gouvernementales (ONG), WWF et Sea Shepherd, ont vivement contesté « le plan de prévention ciblant la problématique des requins-bouledogues sédentarisés dans le secteur de Nouméa » et ont sollicité une « concertation » « dans les plus brefs délais » ouverte « aux experts calédoniens et internationaux et aux collectifs et organisations non gouvernementales ». Dénonçant un programme « qui doit être urgemment revu à la lumière d’une expertise renforcée et d’une consultation élargie », des « mesures tantôt inadaptées, tantôt insuffisantes » et « le sacrifice de vingt individus d’une espèce protégée », Hubert Géraux (WWF-NC), Thibaut Bizien (Calédoclean), Monik Lorfanfant (SOS Mangroves) et Julien Chable (Sea Shepherd) se sont opposés, également, aux « filets anti-requins pour prévenir toute attaque dans une zone de baignade (où il n’y en a jamais eu) » compte tenu « du risque que cela ferait courir à d’autres espèces » dont « les dugongs largement victimes de ces filets en Australie et connus pour fréquenter la zone concernée ». Enfin, ces organisations environnementales suggèrent « d’apporter davantage d’éléments correctifs aux problèmes de rejets de déchets et d’eaux usées ». Entre mercredi de la semaine dernière et mardi, seize requins-bouledogues dits « sédentarisés » ont été capturés et tués dans les eaux de Nouméa.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS