Pacifique
  • Radio1 Tahiti | Crée le 20.06.2019 à 04h25 | Mis à jour le 20.06.2019 à 13h01
    Imprimer
    Après Annick Girardin, le président Fritch devrait rencontrer le chef de l’Etat le 5 juillet. Emmanuel Macron avait annoncé qu’il se rendrait en Polynésie française en 2019, sans préciser de date.Photo Radio1 Tahiti

    POLYNÉSIE FRANÇAISE. Edouard Fritch a été reçu mardi par la ministre des Outre-mer, Annick Girardin. L’entretien a permis d’aborder les aéroports.

    Plusieurs dossiers sont à l’étude à ce jour, qu’il s’agisse de la rénovation, de l’agrandissement et de la reconstruction de l’aéroport de Faa’a, devenue « une urgence aujourd’hui », mais aussi du transfert des aéroports secondaires de Bora Bora, d’Uturoa et de Rangiroa, ou encore de la construction d’un aéroport de dégagement sur la Polynésie française, puisqu’actuellement cet aéroport se situe à Rarotonga. Ont également été abordés les sujets de la convention Santé-solidarité, les plans de convergence, la nomination d’un nouveau haut-commissaire et la politique diplomatique de la France dans le Pacifique.

    Concernant les aéroports, « il s’agit de projets coûteux pour le Pays, nous voulions sensibiliser la ministre sur les besoins de développement qui se font sentir », a indiqué Edouard Fritch.

    Hier, le président polynésien devait rencontrer Dominique Daudruy, président du groupe de raffinage Daudruy Van Cauwenberghe, spécialisé dans le raffinage d’huiles végétales et animales, acheteur d’huile de coprah polynésienne. Puis, il devait s’entretenir avec Cédric O, secrétaire d’Etat chargé du Numérique.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS