Nouvelle Calédonie
  • Angélique Rouquié | Crée le 09.01.2013 à 03h00 | Mis à jour le 24.07.2016 à 02h45
    Imprimer
    Jeanne connaît tout de cette grotte dont les cavités et les moindres dentelles de stalactites lui ont été dévoilées par son père. Photo A. R.
    A Lifou, Jeanne Passil, formée au métier de guide touristique en Nouvelle-Zélande, vous fait découvrir une nouvelle grotte à la tribu de Wedrumel. Une aventure de deux heures dans les entrailles de la terre.

    Ce jour-là, rendez-vous a été pris avec Jeanne Passil, guide de la tribu de Wedrumel, à l'ouest de Lifou. La jeune femme, partie se former au métier de guide en Nouvelle-Zélande, est revenue chez elle, à Wedrumel, pour lancer son activité. Après avoir fait visiter, pendant quelques années, la grotte de son oncle, elle propose aujourd'hui de découvrir une nouvelle cavité, celle de Saqea que lui a montrée son père.

     

    Gouffre. C'est chez elle, à l'entrée de la tribu de Wedrumel, que la jeune femme accueille avec le sourire son petit groupe d'aventuriers. D'emblée, la séance d'essayage de casques et de lampes frontales laisse présager de l'exploit. Ce matin-là, cinq personnes sont disposées à passer plus d'une heure trente minutes sous terre et embarquent sans peine dans le minibus de Jeanne. Une belle occasion de faire connaissance et de profiter du joli paysage, alors que nous traversons la forêt. D'abord en minibus, puis à pied en suivant les explications de Jeanne sur la paille des cases ou sur les nasses à crabe de cocotier fabriquées par son père.

    L'entrée de la grotte se trouve à quelques minutes de marche seulement, au milieu de la forêt. Large gouffre entre les arbres, on le devine pourtant à peine. Jeanne donne les consignes et les premiers aventuriers descendent en s'aidant des racines de banian alors que Jeanne, elle, prononce quelques paroles à destination des ancêtres.

    Le groupe s'enfonce peu à peu dans l'obscurité des premières salles, guidé par une Jeanne rassurante. Coiffé d'un casque muni d'une lampe frontale, chacun reste pourtant autonome.

     

    Méandres. Un fil d'Ariane de cinq kilomètres balise les chemins de la grotte. Professionnelle, Jeanne Passil s'enquiert de chacun et rappelle sans relâche : « Allez doucement, à votre rythme. » Pas d'à-pics vertigineux, mais des méandres entre les stalagmites et les stalactites, parfois étroits. Les endroits glissants ne présentent pas d'énorme difficulté, mais il faut aimer crapahuter.

    Les plafonds de la grotte sont hauts et les lampes frontales découvrent d'immenses drapés ou des colonnes monumentales. Les gouttes d'eau perlent au bout des stalactites, qu'il faut prendre garde de ne pas abîmer, ni même toucher sous peine d'en altérer la couleur. Tout au long de la visite, Jeanne répond aux questions et fait découvrir aux visiteurs différentes salles et parois, toutes plus impressionnantes les unes que les autres. Plusieurs lieux « pose-souvenirs » sont prévus, et la guide se transforme alors en photographe pour immortaliser votre passage dans la grotte Saqea, à Wedrumel.

    Lorsqu'on ressort de la grotte, presque deux heures plus tard, on en a pris plein les mirettes ! Encore un peu abasourdis, on remonte dans le minibus. La visite s'achève ensuite sur une petite collation. Jus de pommes-lianes, citronnade, papayes fraîches : du 100 % naturel. L'occasion de discuter de ce qu'on a vu, de poser encore des questions, et pour Jeanne, de s'enquérir du ressenti de ses visiteurs.

     

    Quand et comment ?

    Pour visiter la grotte avec Saqea-Aventure,

    il faut contacter Jeanne Passil au 82 16 23.

    Côté pratique, la visite de la grotte nécessite

    des baskets. Les casques et les lampes frontales sont fournis. Il est préférable de se munir d'un appareil photo compact... qui ne craint pas les traces de doigts sales, et qui se glisse facilement dans une poche. La visite dure deux heures, une petite bouteille d'eau dans un sac à dos sera la bienvenue. D'ici quelques semaines, le gîte de Jeanne sera, quant à lui, opérationnel, proposant un hébergement tout confort, en

    bungalow traditionnel, avec sanitaires flambant neufs, petits farés de restauration, et une grande terrasse d'accueil où seront proposés des repas à base de produits locaux. Tarif : 2100 francs par personne. Les enfants, à partir de 8 ans, peuvent participer à la visite.

    D'autres grottes existent sur Lifou, chacune avec ses particularités et ses difficultés. Le Cemaid (Centre municipal d'animation et d'information de Drehu) dispose de tous les contacts et informations actualisées (tél. : 45 00 32).

  • MEDIAS ASSOCIÉS
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS