Politique
  • Les Nouvelles de Tahiti | Crée le 01.09.2003 à 21h00 | Mis à jour le 23.07.2016 à 15h42
    Imprimer
    Le 25e congrès du FLNKS a mis en exergue l'unité des indépendantistes sur leur objectif : l'application de l'Accord de Nouméa, mais aussi leurs divergences quant à la manière d'atteindre cet objectif.

    Constat de l'avancée significative du dossier de l'usine du Nord et préparation du prochain congrès du FLNKS prévu à la fin de l'année. Tels sont les termes de la résolution adoptée à l'issue du congrès extraordinaire du Front qui s'est tenu, samedi, à la mairie de Sarraméa. Convergence sur le fond Une assemblée plénière à laquelle toutes les composantes du Front ont participé et qui a mis l'accent sur l'unité des partis quant à l'objectif à atteindre : l'application pleine et entière de l'accord de Nouméa. Mais une réunion qui a aussi mis en exergue les différences de stratégies adoptées ces derniers temps par les différentes composantes du FLNKS. Un congrès enfin, qui a permis aux représentants du Palika, de l'UPM et du RDO d'interpeller, au travers du bureau politique, ceux de l'UC sur leur attitude lors du Comité des signataires, et de la venue du président de la République, Jacques Chirac. Et ces derniers, par la voix de leur secrétaire général, Damien Yeiwene, se sont expliqués. (Lire encadrés).« Nous avions besoin de nous parler, de nous expliquer et c'est ce que nous avons fait. Ce n'est pas la première fois que le FLNKS connaît des moments difficiles. Et si nous avons parfois divergé sur la forme, nous nous sommes toujours retrouvés sur le fond », a relativisé Gérard Regnier, secrétaire général de l'UC à l'issue de la réunion.Même ton apaisant pour le président du Rassemblement démocratique océanien, Aloisio Sako : « Le FLNKS est comme toutes les familles, il y a des hauts et des bas. L'objectif est le même pour tous et c'est ça l'essentiel. Ce qui est important c'est que les composantes du Front parviennent à se parler et à s'expliquer. »Divergence sur la forme Et c'est effectivement ce qu'ont fait les délégués pendant onze heures, samedi, à la mairie de Sarraméa. A l'issue de la journée, les représentants du Front indépendantiste se sont donc donné trois mois de plus pour tenter de bâtir une nouvelle stratégie commune. Y parviendront-ils à quelques mois de l'échéance électorale de 2004, enjeu primordial pour chacun des partis ?…Tensions et explications Le congrès de samedi n'a finalement commencé que vers 10 h 30. La délégation de l'Union calédonienne ayant choisi de se regrouper devant l'école de la commune avant d'arriver, en force, mais avec deux heures de retard à la mairie.Une journée entamée sous le signe d'une tension palpable qu'a voulu d'emblée apaiser le grand chef Apollinaire Chelehy lors du geste coutumier entre le FLNKS et la chefferie de Sarraméa : « Nous sommes tous dans le même bateau et nous devons trouver un terrain d'entente sinon nous coulons. » Le bureau politique s'interroge sur l'unité du FLNKS Victor Tutugoro a tout d'abord rappelé que le 24e congrès du Front, à Moindou, en mai dernier, avait constaté une dérive dans l'« application de l'accord de Nouméa ». Une dérive « imputable aux trois signataires, Etat, Rassemblement et FLNKS ». Mission accomplie… Ce congrès avait donc donné mission au bureau politique d'interpeller l'Etat et le Rassemblement sur « deux dossiers cruciaux » : le corps électoral et l'usine du Nord. Une mission qui, selon Victor Tutugoro, a été menée à bien puisque lors de la réunion du comité des signataires, une page d'histoire a été tournée : « Les paroles fortes du président du Rassemblement qui a déclaré comprendre les préoccupations des indépendantistes en témoignent. » D'autre part, le président de la République, lors de sa visite, a pour sa part déclaré : « qu'il n'y aurait pas de retour en arrière dans la mise en œuvre de l'Accord de Nouméa » et « il s'est engagé, en outre, à régler cette question durant sa présente mandature soit avant mai 2007. » Bref, pour le bureau politique du Front indépendantiste, la question du corps électoral « n'oppose plus les signataires aujourd'hui. »Selon le BP, le dossier de l'usine du Nord a également bien avancé : « le président a affirmé son engagement personnel à veiller à ce que le projet de l'usine du Nord se réalise, » a souligné Victor Tutugoro.…sous les insultes Dans ces conditions d'avancée sur les dossiers, le porte-parole du BP s'est indigné du fait, que ceux qui avaient porté avec succès les positions du FLNKS, conformément aux résolutions du congrès de Moindou, « ont été l'objet d'insultes, de grossièretés et de calomnies de la part de ceux qui, bien que de la même famille politique, avaient choisi de manifester lors de la tenue de ces deux événements. »Une situation paradoxale qui amène le bureau politique à formuler deux questions essentiellement adressées aux représentants de l'Union calédonienne : « En quoi les résultats obtenus par la délégation du FLNKS lui ont valu de tels comportements outranciers ? Et que valent aujourd'hui les résolutions que l'on décide ensemble lors de nos réunions plénières du FLNKS ? » , a interrogé Victor Tutugoro.Deux questions auxquelles il n'a été finalement que partiellement répondu samedi à Sarraméa.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS