Politique
  • LNC | Crée le 19.08.2003 à 21h00 | Mis à jour le 23.07.2016 à 15h41
    Imprimer
    Pierre Frogier, président du gouvernement et chef de la délégation calédonienne au Forum, qui comprenait également Léopold Jorédié, Roch Wamytan et Charles Washetine, est rentré dimanche d'Auckland. La nomination d'un Australien à la tête de l'organisation est pour lui « plus le choix d'un pays que le choix d'un homme. »

    Dans un univers de pauvreté, quand les clans ou familles prennent le pas sur les institutions démocratiques, s'organisent pour voler, puis trafiquer, s'organiser en milices, à l'image des « rascals » de Papouasie, c'est la porte grande ouverte au terrorisme. Et c'est évidemment ce qui a inquiété l'Australie au point de la conduire, sans état d'âme, à briguer et obtenir la présidence du Forum des îles du Pacifique.Une présidence contraire à l'usage, parce que l'Australie n'est pas une nation océanienne au sens insulaire du terme, et obtenue par un vote, lui aussi, contraire à l'idée océanienne du consensus. Mais pour l'Australie, visiblement, la création d'un périmètre sécuritaire passait par ces entorses.Sécurité : une préoccupation commune Simple observateur au Forum, la Nouvelle-Calédonie n'a pas participé directement à ce débat, lié à l'effondrement de certains Etats insulaires, phénomène dont on perçoit mal les implications dans notre petite île française au milieu d'un environnement anglo-saxon, et de surcroît apaisée alors que d'autres s'embrasent.Néanmoins, en termes diplomatiques, Pierre Frogier a effleuré le sujet lors de son intervention. « Les travaux de ce Forum portent, en particulier, sur les questions de sécurité régionale et de bonne gouvernance, a-t-il relevé. Ces thèmes étaient également au cœur des échanges que le président Chirac avait souhaité avoir avec l'ensemble des pays de la zone. Ce n'est bien sûr pas le fait du hasard, mais parce que ces questions sont au centre de nos préoccupations communes. »L'expérience calédonienne « Sans s'ingérer de manière illégitime dans les affaires intérieures d'un autre pays, a ajouté Pierre Frogier, nous avons le devoir d'être solidaires et d'apporter notre contribution à la recherche d'une solution. C'est ce que vous avez fait à l'égard des îles Salomon.« La Nouvelle-Calédonie, a-t-il poursuivi, n'a pas la prétention de servir de modèle, mais elle peut faire partager son expérience de la gouvernance dans un pays pluriculturel et qui a connu de graves déchirements. La main tendue à l'adversaire et le dialogue sont bien sûr essentiels, mais le partage du pouvoir entre la majorité et la minorité est aussi une clé du rétablissement durable de la paix. »« Si nous, Océaniens, voulons encore exister sur la scène du monde, nous devons croire en nous- mêmes et être capables de défendre nos valeurs communes en affirmant notre personnalité et notre identité propres. Mais ce n'est pas dans le repli sur nous mêmes que nous trouverons la force de relever les défis auxquels nous sommes confrontés. Nous devons saisir les mains qui se tendent vers nous, celles des grands pays qui sont tout proches comme l'Australie et la Nouvelle-Zélande, mais au-delà aussi celles de la France et de l'Union européenne. »Le point sur l'accord de Nouméa Pierre Frogier, devant le Forum a également évoqué la visite récente du président Chirac. Il a rappelé que le président français avait réaffirmé l'engagement solennel de l'Etat à « appliquer pleinement l'accord de Nouméa sans retour en arrière dans le processus engagé en 98 pour construire une communauté de destin dans la paix et la démocratie. »Cette visite, a rappelé Pierre Frogier, avait été précédée par un Comité des signataires qui avait constaté le fonctionnement des institutions calédoniennes. « J'ai tenu à vous faire ce point sur la situation intérieure de la Nouvelle-Calédonie parce que je sais que votre organisation y est attentive, a-t-il ajouté. D'ailleurs, j'ai transmis au secrétariat du Forum le relevé des conclusions du Comité des signataires, pour votre pleine et entière information. »En revanche, indiquait hier à Nouméa Pierre Frogier, il n'est pas souhaitable qu'une nouvelle mission d'information du Forum vienne sur le territoire dans les prochains mois, comme elle l'avait fait voici deux ans. Ceci en raison de la proximité des échéances électorales, qui fait généralement monter le ton et pourrait biaiser le jugement d'observateurs extérieurs.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS