Société
  • Une si petite terre, un si petit peuple, dans un si grand Pacifique, un si vaste monde. Et un si grand rôle à jouer, en termes d'image. Car la Calédonie que respecte et qu'aime Jacques Chirac, depuis longtemps, et aujourd'hui encore, comme il l'a redit hier sur la place des Cocotiers, c'est cette « nouvelle frontière », cette « terre de civilisation, de culture et de dialogue », cette « terre de promesse », cette terre qui, après les luttes et les déchirements, « regarde vers l'avenir », représente si bien la France en se créant « un destin original dans la République et dans le Pacifique ».Jacques Chirac, dans son discours d'hier, a évoqué les problèmes de l'heure, toutes les difficultés « que posent encore les différences culturelles et les inégalités sociales ». Il a parlé du rôle de l'Etat, du rééquilibrage, de la mine, de l'environnement, ces thèmes qui font débat. Il a glissé, rapidement, sur la question du corps électoral. Mais en revanche, au-delà des grains de sable du temps p

    MERCI DE VOUS IDENTIFIER

    Vous devez avoir un compte en ligne sur le site des Nouvelles Calédoniennes pour pouvoir acheter du contenu. Veuillez vous connecter.

    J'AI DÉJA UN COMPTE
    Saisissez votre nom d'utilisateur pour LNC.nc | Les Nouvelles Calédoniennes
    Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.
    JE N'AI PAS DE COMPTE

    Vous avez besoin d'aide ? Vous souhaitez vous abonner, mais vous n'avez pas de carte bancaire ?
    Prenez contact directement avec le service abonnement au (+687) 27 09 65 ou en envoyant un e-mail au service abonnement.
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS