Sports
  • AFP | Crée le 11.06.2019 à 04h25 | Mis à jour le 11.06.2019 à 11h07
    Imprimer
    Les filles de Corinne Diacre ont assuré le spectacle pour leur entrée dans la compétition. Photo AFP
    FOOTBALL. Samedi matin, en match d’ouverture, l’équipe de France féminine a surclassé la Corée du Sud (4-0) dans un Parc des Princes à guichets fermés, lançant idéalement son Mondial à domicile.

    Ce n’était pas le Stade de France, ni le Brésil en face, ni la finale de la Coupe du monde. Mais il y avait un air de 1998 quand Wendie Renard, auteure d’un impressionnant doublé de la tête, a inscrit le 3e but des Bleues juste avant la mi-temps, permettant au public d’entonner le fameux refrain « Et un, et deux, et trois zéro » qui avait enivré le pays un certain 12 juillet… Pour écrire leur propre histoire, Amandine Henry a finalement donné encore plus d’éclat à la victoire française en marquant en fin de match d’une belle frappe dans le petit filet opposé (85e, 4-0).

    « On a su faire de ce match quelque chose d’exceptionnel. Le mot d’ordre, c’était de se faire plaisir, a apprécié la sélectionneure française Corinne Diacre. Si on m’avait dit ce scénario avant le match, j’aurais signé tout de suite. »

    Ambiance de fête

    Au niveau de l’ambiance d’abord. Dans un Parc des Princes comble, le public très familial n’a cessé de s’enflammer à la moindre occasion des Bleues, lançant même les chants habituellement entendus chez les garçons : « Allez les Bleues » ou « Qui ne saute pas n’est pas française ». Scène très rare dans l’enceinte habituelle du PSG, des « olas » ont fait plusieurs fois le tour des tribunes. Les 45 261 spectateurs ont même poursuivi l’ambiance de concert en allumant les lumières de leurs portables… bien après la prestation de la chanteuse Jain lors de la cérémonie d’ouverture.

    Comme si les quelques imprévus, qui avaient légèrement gâché le démarrage de la fête avant la rencontre, n’avaient jamais existé.

    À une heure du coup d’envoi, Corinne Diacre avait décidé d’écarter Valérie Gauvin, son habituelle titulaire en attaque, de son onze de départ en raison de « retards à l’entraînement ».

    Autre impondérable dommageable, la « fan zone » installée au cœur de Paris a été fermée en raison de la météo capricieuse.

    Cela valait le coup d’être en tribunes tant les Bleues ont offert, sur certaines séquences, des combinaisons techniques dignes de leurs homologues masculins. À commencer par l’ouverture du score.

    Sur une récupération puis un centre en retrait impeccable d’Amandine Henry, Eugénie Le Sommer a trouvé le chemin des filets d’une frappe sous la barre imparable (9e, 1-0).

    La Renard des surfaces

    Puis Wendie Renard a sauté plus haut que tout le monde sur corner pour doubler la mise (35e, 2-0). La géante des Bleues (1,87 m), qui avait mal vécu la perte du brassard de capitaine au début du mandat de Corinne Diacre, a prouvé qu’elle restait la leader de son équipe en s’offrant le doublé juste avant la mi-temps (45e+2, 3-0). De quoi nourrir l’engouement des médias, qui assurent pour la première fois une couverture digne d’un Mondial masculin. France - Corée du Sud était ainsi retransmis en « prime time » sur TF1 et Canal plus, et en direct sur les radios. Au total, près de 11 millions de téléspectateurs ont suivi le premier succès des Bleues.

    Succès qui en appelle d’autres pour enfin briser le plafond de verre des quarts de finale qu’elles n’ont pas réussi à dépasser lors des trois dernières compétitions majeures (Mondial 2015, JO 2016 et Euro 2017).


    Classement et calendrier

    Groupe A 1. France, 3 pts ; 2. Norvège, 3 pts ; 3. Nigeria, 0 pt ; 4. Corée du Sud, 0 pt.

    Jeudi 13 juin : Nigeria - Corée du Sud (00 h 01) et France - Norvège (6 h 00)

    Mardi 18 juin : Corée du Sud - Norvège (6 h 00) et Nigeria - France (6 h 00)

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS