Sports
  • Anthony Fillet / anthony.fillet@lnc.nc | Crée le 12.02.2019 à 04h25 | Mis à jour le 12.02.2019 à 08h31
    Imprimer
    Cédric Sansot (à gauche) a été solide à la récupération au milieu de terrain. Photo Shane Wenzick/OFC
    FOOTBALL. Un succès demain (17 heures) à Koné face aux Tahitiens de Tefana qualifierait déjà les Nordistes pour les quarts de finale de la Ligue des champions océanienne. Mais il faudra sans doute faire encore mieux que dimanche face à Malampa (5-0).

    ♦ Quelques largesses en défense

    La ligne de quatre formée, de gauche à droite, par Bruno Hyanem, Jordan Dinet, Roy Kayara et William Yentao, a été appliquée face aux Vanuatais, malgré des relances parfois osées dans le jeu court. Le jeu long, lui, fut intéressant, avec un Roy Kayara clairvoyant, façon quaterback de football américain. Les quelques failles entrevues auraient toutefois pu coûter la victoire sans un Rocky Nyikéine inspiré en gardien.

    Généreux, avec de nombreuses montées que ses coéquipiers n’ont pas toujours vues, Bruno Hyanem a souvent laissé des espaces dans son dos : le Japonais Kohei Matsumoto s’y est plusieurs fois infiltré. Si Hienghène a réussi dimanche le premier « clean sheet » (match sans encaisser de but) de son histoire continentale, la performance est en trompe-l’œil. La prudence s’impose avant de défier Tefana.

    ♦ Un duo solide mais parfois un peu haut

    Recruté à Tiga pour son expérience, lui qui est un cadre de la sélection et qui fut demi-finaliste océanien avec Gaïtcha et avec Magenta, Cédric Sansot, 29 ans, a impressionné, arrachant grâce de nombreux ballons dans les pieds adverses. C’est lui, aussi, qui provoque le penalty du 1-0, d’une tête, sur un corner, déviée par un bras. Son binôme, Geordy Gony, 24 ans, s’est à son tour signalé par des interventions défensives. Par de belles passes. Et par la première frappe cadrée du match.

    Bémol : le duo, énergique au pressing, n’a pas contrôlé les débats durant toute la partie. Il s’est parfois fait aspirer en montant trop haut, laissant la défense sans protection alors que l’équipe s’est à plusieurs reprises retrouvée coupée en deux. Sans conséquence, heureusement.

    ♦ Un quatuor offensif en rodage

    Miguel Kayara en milieu offensif, avec devant lui Antoine Roiné, Bertrand Kaï et Anthony Kaï : ce carré d’as a mis du temps à mettre au tapis l’arrière-garde de Malampa. La première période a été compliquée : Antoine Roiné, meilleur buteur de Calédonie l’an passé avec Tiga, a longtemps manqué quasiment tout ce qu’il tentait, Miguel Kayara semblait lent dans ses choix, quand Bertrand Kaï, lui, bataillait, sans vaincre, face au jeu de tête du longiligne stoppeur Joseph Iaruel. L’impression d’une attaque en manque de précision, de rythme et d’automatismes, partagée par le coach de Tefana, resté en spectateur après le match nul de son équipe contre les Papous de Lae City (3-3). Ce fut nettement mieux en seconde mi-temps, avec plus d’espaces et cinq buts marqués, dont trois pour Bertrand Kaï, lui-même passeur décisif pour Anthony Kaï. Un dénouement venant appuyer une constante : Hienghène n’est jamais aussi fort qu’en contre-attaques.

    ♦ Une concurrence à organiser

    Entré en jeu, Joris Gorendiawé a inscrit le 5e but. Yvanoé Bamy fut proche de marquer aussi. Sur le banc, il y avait également l’explosif ailier Brice Dahité... Hienghène a de la ressource ! Important avec 3 matchs en sept jours. Encore faut-il bien gérer la concurrence.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS