Sports
  • Anthony Fillet / anthony.fillet@lnc.nc | Crée le 19.06.2019 à 04h25 | Mis à jour le 19.06.2019 à 08h26
    Imprimer
    Le Calédonien Jean-Pierre Ayawa (AS Mont-Dore), ici au duel avec Anthony Talo. Photo Shane Wenzlick/OFC
    BEACH SOCCER. Le championnat d’Océanie a débuté hier matin, à Tahiti, par une défaite 2-0 face aux Salomonais, buteurs deux fois lors d’un deuxième tiers-temps fatal. Prochain match demain à 13 heures face aux Vanuatais, corrigés hier après-midi (8-2) par les favoris tahitiens, finalistes des deux dernières éditions de la Coupe du monde...

    L’espoir de remporter le tournoi, dont le vainqueur jouera le Mondial en fin d’année au Paraguay, n’est pas encore enfoui dans le sable de Papeete, « pas exactement le même qu’au pays » selon le sélectionneur calédonien, Félix Tagawa. Les Cagous, qui disputaient hier leur premier match depuis 2013, ont néanmoins pris la marée, épuisés par des Salomonais dominateurs physiquement et plus à l’aise offensivement. Sans un Rocky Nyikéine bondissant, dans la lignée de la dernière Ligue des champions océanienne de football où il fut désigné, il y a un mois, meilleur gardien avec Hienghène, l’écart aurait même pu être plus lourd... A ce rythme, Rocky pourrait bien agrandir sa collection de récompenses individuelles ! Et ce malgré une sortie un peu précipitée qui participa à l’ouverture du score, en fin de deuxième tiers-temps : après un sauvetage, encore un, Nyikéine délaissa son but pour venir aider Jérémy Dokunengo, sous pression. Une décision dont profita Roy Mafane, opportuniste (0-1). Quatre minutes plus tard, Max Fa’ari s’infiltra entre Georges Wakanumuné et Jacky Weinane avant de croiser son tir, à une seconde du terme de la période (0-2).

    Wetewea sur le poteau

    Une défaite logique, quoique frustrante pour des Calédoniens courageux et spectaculaires, n’hésitant pas à tenter des reprises acrobatiques. Ils auraient eux aussi pu faire trembler les filets à la conclusion de leurs contres rapides, par Wakanumuné, Roïné, Wetewea (poteau), Dokunengo, Ayawa, Athalé... « On a fait beaucoup d'erreurs techniques, regrette Tagawa. Et on n'a pas joué contre n'importe qui ! » En face, « ce ne sont pas des joueurs qui jouent dans un bac à sable, mais plutôt des techniciens. Et il y a beaucoup de puissance... Maintenant, la compétition est lancée, à nous de progresser. » Ce mercredi, la Calédonie, exempte, aura du temps pour travailler. Suivront les autres adversaires de cette poule unique : Vanuatu (demain), Tonga (vendredi) et Tahiti (samedi). Les deux premiers se retrouveront en finale. Rien n’est donc perdu, même si rien n’est gagné...

    En haut, de gauche à droite : Jean-Nathanaël Hlemu, Jérémie Dokunengo, Jean-Pierre Ayawa, Jacky Weinane, Jean-Jacques Katrawa, Yvanoé Bamy, Rocky Nyikéine. En bas : Antoine Roïné, Patrick Diaiké (cap.), Jacky Wetewea, Georges Wakanumuné, Joseph Athalé. Une sélection coachée par Félix Tagawa. Photo Shane Wenzlick/OFC

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS