• © 2019 AFP | Crée le 18.03.2019 à 21h20 | Mis à jour le 18.03.2019 à 21h25
    Imprimer
    La prison d'Alencon Condé-sur-Sarthe le 6 mars 2019 JEAN-FRANCOIS MONIER -AFP/Archives

    Cinq détenus de la prison d'Alençon Condé-sur-Sarthe (Orne) ont été placés en garde à vue lors d'une opération de police menée lundi matin pour rechercher d'éventuels complices du détenu radicalisé qui a agressé deux surveillants dans cet établissement début mars, a annoncé le parquet de Paris.

    Des enquêteurs de la police judiciaire, assistés de policiers du RAID, ont commencé leurs investigations à 8H00 lundi matin, a indiqué de son côté une source proche de l'enquête, confirmant une information d'Europe 1.

    Un détenu de cette prison, Michaël Chiolo, 27 ans, a agressé le 5 mars deux surveillants de la prison avec un couteau en céramique.

    L'assaillant, qui purgeait une peine de trente ans et s'est radicalisé en prison, s'était retranché avec sa compagne pendant près de dix heures dans l'unité de vie familiale (UVF) de la prison.

    Après de vaines tentatives de négociations, les forces d'élite de la police avaient lancé l'assaut, et tué la compagne de Michaël Chiolo, Hanane Aboulhana.

    L'assaillant avait pour sa part été blessé. Selon une source proche de l'enquête, il était toujours hospitalisé lundi.

    Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, avait expliqué que Michaël Chiolo, au moment de blesser grièvement les deux surveillants, avait affirmé vouloir "venger" Chérif Chekatt, l'auteur de l'attaque jihadiste du marché de Noël de Strasbourg, abattu le 13 décembre par les forces de l'ordre après avoir tué cinq personnes.

    Trois personnes - un détenu, sa compagne et une femme ayant hébergé Hanane Aboulhana - avaient été placées en garde à vue après l'agression, mais elles avaient été rapidement remises en liberté.

    Cette attaque a entraîné le blocage de plusieurs prisons en France. Lundi, le centre pénitentiaire d'Alençon Condé-sur-Sarthe était bloqué pour la 13e journée consécutive, selon la Direction de l'administration pénitentiaire (DAP).

  • VOS RÉACTIONS