• © 2019 AFP | Crée le 23.11.2019 à 02h34 | Mis à jour le 23.11.2019 à 02h35
    Imprimer

    Le gouvernement par intérim de Bolivie a accusé vendredi l'ex-président Evo Morales, en exil au Mexique, de "sédition et de terrorisme", pour avoir incité ses partisans à mettre en place des blocages autour de La Paz dans un enregistrement diffusé par les autorités.

    "Nous demandons la peine maximale pour sédition et terrorisme", a déclaré le ministre de l'Intérieur Arturo Murillo à des médias à la sortie du parquet.

  • VOS RÉACTIONS