• | Crée le 29.05.2020 à 08h23 | Mis à jour le 29.05.2020 à 09h38
    Imprimer
    Photo JFG

    Le fait divers avait suscité une forte émotion dans la population. Jeudi dernier, un homme armé d’un sabre avait frappé un chien au museau au beau milieu du parc de Koutio alors que l’animal était tenu par un enfant, âgé de 4 ans. « Un acte gratuit de pure barbarie », selon Dominique Exposito, fondatrice du Mouvement citoyen contre la maltraitance animale en Nouvelle-Calédonie. L'animal n'avait pas survécu à ses blessures.

    Mobilisation
    L'homme accusé d'avoir tué Blacky est présenté ce matin devant le tribunal correctionnel de Nouméa afin d'être jugé en comparution immédiate. Une cinquantaine de personnes étaient présentent ce matin devant le bâtiment, parmi lesquelles Isabelle Champmoreau, membre du gouvernement en charge notamment de la question du bien-être animal.
    Les associations de protection des animaux sont également sur place pour assister au procès de l'auteur du coup de sabre mortel.

    Vols et violence
    Agé de 19 ans, le prévenu a déjà été condamné à de nombreuses reprises pour des faits de vols et de violence. Le jeune homme était complètement ivre au moment des faits. Il a demandé un délai pour préparer sa défense.
    La présentation du dossier fait apparaître que l'auteur et la victime habitent dans le même squat.

    Le procès vient d'être renvoyé au 7 juillet et le jeune homme va être placé en détention provisoire dans l'attente d'être jugé. Les associations de protection des animaux se disent soulagées du maintien en détention de l'individu.

    Soutien psychologique
    Le jeune propriétaire de Blacky est encore traumatisé par la scène. La mairie de Dumbéa a, par ailleurs, mis en place un soutien psychologique pour l'enfant qui pouvait encore voir, ce dimanche, l'auteur du coup mortel se balader avec son sabre avant son interpellation par la police municipale.
  • VOS RÉACTIONS