• | Crée le 05.12.2017 à 15h40 | Mis à jour le 06.12.2017 à 08h34
    Imprimer

    [17h05] Le verdict vient de tomber :  la cour d’assises a condamné Seleone Tuulaki à 10 ans de réclusion criminelle.

    Compte rendu d’audience complet à lire dans votre édition de demain mercredi, en pages Pays.

    [15h35] L’avocat général Christian Pasta vient de requérir une peine de douze ans de réclusion à l’encontre de Seleone Tuulaki, accusé d’avoir « donné la mort sans intention de la donner » à Guy Tamaï, en juin 2014. La cour d’assises entend actuellement la plaidoirie de la défense, Me Servane Garrido-Lucas. Le verdict est attendu en fin d’après-midi.

    L’accusé reconnaît avoir donné un « coup de pied brossé » à la victime tandis que deux témoins assurent avoir vu l’accusé s’acharner sur la victime. Il s’agissait d’une serveuse du restaurant « Marmitte et tire-bouchon », voisin de « Mr Bœuf », qui a été entendue hier, lors de la première journée d’audience, et du responsable de salle de ce même restaurant, dont le témoignage a été lu par le président de la cour d’assises en raison de son absence du territoire.

    Guy Tamaï, secrétaire général de l’UPM (Union progressiste en Mélanésie) est mort le 5 juin 2014, au terme d’une journée et d’une soirée alcoolisée passée en compagnie de plusieurs responsables de campagne du FLNKS. L’équipe avait fêté l’élection du nouveau gouvernement et s’était retrouvée au restaurant Mr Bœuf aux alentours de 14 heures, alors que le service était terminé. Ils avaient bu au cours de l’après-midi en attendant de pouvoir commander un repas, à 18 heures.

    Au cours de ces agapes, des différents avaient verbalement opposé Seleone Tuulaki et Guy Tamaï. Les deux hommes s’étaient retrouvés à la sortie du restaurant. A la suite d’une nouvelle altercation, l’accusé avait reconnu avoir frappé la victime. Le médecin légiste avait établi plusieurs impacts directs sur son visage. Guy Tamaï était décédé d’un arrêt cardiaque consécutif au choc et au stress engendré par les coups.

  • VOS RÉACTIONS