• © 2019 AFP | Crée le 08.12.2019 à 01h37 | Mis à jour le 08.12.2019 à 02h00
    Imprimer
    L'attaquant français du Real Madrid, Karim Benzema, buteur face l'Espanyol Barcelone, en Liga, à Santiago-Bernabeu, le 7 décembre 2019 PIERRE-PHILIPPE MARCOU-AFP

    Estropié, mais premier. Grâce à sa victoire contre l'Espanyol Barcelone 2-0 samedi pour la 16e journée de Liga, malgré ses nombreux blessés, le Real Madrid a provisoirement repris la première place à Barcelone, qui reçoit Majorque à 21h00, à deux semaines du Clasico.

    En dépit d'une infirmerie pleine (Hazard, Bale, James Rodriguez, Asensio...), le club merengue surfe sur sa bonne forme du moment avec ce 9e match sans défaite de rang toutes compétitions confondues.

    Les hommes de Zinédine Zidane se sont imposés grâce à deux buts de leurs stars françaises: le premier du défenseur central Raphaël Varane (37e), servi par son compatriote Karim Benzema, puis le second de ce même Benzema, trouvé par Federico Valverde (80e).

    Seul bémol: l'exclusion de Ferland Mendy pour deux cartons jaunes (82e), qui sera donc suspendu pour le prochain match à Valence et laissera les Madrilènes sans arrière gauche, car Marcelo est blessé lui aussi.

    La tâche n'était pas aisée pour Zidane, qui a dû composer son onze sans Eden Hazard, Gareth Bale ou Marcelo, annoncés blessés dans la semaine, ni Asensio, Lucas Vazquez ou James Rodriguez, blessés de longue date.

    Mais les choix de "Zizou" se sont avérés payants, particulièrement en attaque. Avec six changements par rapport à l'équipe qui avait débuté lors de la victoire à Alaves (2-1) le week-end précédent, ce Real Madrid remodelé a aligné les jeunes pépites brésiliennes Vinicius et Rodrygo aux côtés de l'indéboulonnable avant-centre Benzema.

    - Vinicius, brillant mais brouillon -

    Pour apporter du piquant dans un secteur offensif dépeuplé, Vinicius (19 ans), à qui l'on promettait le meilleur en début de saison mais qui a peu joué depuis la montée en puissance d'Hazard sur le couloir gauche, a multiplié les tentatives, avec toutefois un manque de précision dans le dernier geste.

    Ses deux chevauchées (6e, 42e), sur son aile gauche, ont fini par des frappes dans les gants de Diego Lopez, le gardien de l'Espanyol, comme sur cette tentative dans la surface (26e). Le Brésilien s'est montré tour à tour altruiste, notamment sur ces décalages pour Benzema (14e, 70e), et soliste brillant, avec par exemple ce geste de classe pour mettre Marc Roca et Esteban Granero dans le vent (32e)... avant de centrer pour personne.

    Il a en revanche commis une faute évitable sur Wu Lei, premier joueur chinois de l'histoire à fouler la pelouse du Santiago-Bernabeu, mais peu en verve samedi et remplacé par Victor Campuzano (65e).

    Zinédine Zidane a réussi son pari avec ce Madrid recomposé par la force des choses, à trois jours du dernier déplacement (sans pression) de la phase de poules de Ligue de champions à Bruges et à deux semaines du Clasico à Barcelone (18 décembre). "ZZ" a en outre fait souffler certains cadres et a relancé des jeunes en demande de temps de jeu comme Ferland Mendy, Rodrygo et surtout Vinicius, tout en maintenant la bonne forme des Madrilènes.

  • VOS RÉACTIONS