• | Crée le 07.07.2020 à 11h07 | Mis à jour le 07.07.2020 à 18h15
    Imprimer
    Les proches de Maureen, venus en nombre depuis Houaïlou, veulent que « justice soit faite ». Photo : Anthony Tejero

    [18h10] La cour d'assises a délibéré en suivant les réquisitions du ministère public. Marcel Pimé est condamné à 20 ans de réclusion. La peine est assortie d'une période de sûreté des deux tiers : il ne pourra donc pas sortir de prison avant d’avoir effectué au moins 12 ans de détention.

    [15h15] L’avocat général Christian Pasta vient de requérir 20 ans de réclusion à l’encontre de l’accusé, avec une période de sûreté des deux tiers de la durée de sûreté. 

    [11h10] Le deuxième jour de procès devant les assises du bourreau de Maureen s’est ouvert, ce mardi matin, par le témoignage des deux ex-compagnes de Marcel, l’accusé, avec lesquelles il a eu cinq enfants.  Comme la victime, toutes deux ont été battues régulièrement. Et ont, à plusieurs reprises, tenté de prendre la fuite.

    Fusil sur le front
    Sa première compagne, qui n’a aujourd’hui plus aucun contact avec Marcel, a notamment confié avoir été menacée à deux reprises par un fusil pointé sur son front. Elle l’accuse également d’être responsable du décès de leur fils, mort-né, alors que son accouchement a été provoqué par des coups infligés à son ventre lorsqu’elle était enceinte de huit mois. « Avec Marcel, j’ai vécu la souffrance. Il me frappait toujours sans raison, y compris devant ma fille. Il m’empêchait de sortir, même pour aller voir ma famille, faire des papiers… Je ne pensais pas qu’il puisse être aussi méchant. »

    Traînée par les cheveux
    L’accusé s’en était notamment pris à la malheureuse lorsqu’elle s’était enfuie en bus, avec leur fille, et qu’il s’en était rendu compte, la traînant dans le car par les cheveux jusqu’à l’extérieur où elle a été ensuite frappée.
    Selon ces témoignages, tout porte à croire que Marcel exerçait une forte emprise sur ces compagnes.

    Absence de réponse
    Le 12 février 2019, Marcel avait roué Maureen de coups avec un bout de bois - arme très probablement à l’origine de sa blessure fatale - avant de la ramener dans la maison où il l'a de nouveau frappée. Et où elle succombera lentement à ses blessures par asphyxie. A l'occasion de la première journée de son procès, hier, Marcel a systématiquement botté en touche, répétant les même phrases : « Je ne me souviens plus », « Je ne sais pas », « peut-être »…

    Les réquisitions de l'avocat général sont attendues cet après-midi, et le verdict d’ici ce soir.
    Marcel encourt 20 ans de prison pour coups mortels aggravés.

  • VOS RÉACTIONS