• | Crée le 12.02.2019 à 10h23 | Mis à jour le 12.02.2019 à 10h44
    Imprimer
    Photo Archives LNC

    Incarcéré au Camp-Est, Marie-Gilles Noraro avait obtenu une permission de sortie de deux jours, le 24 janvier 2018, avec l’interdiction de se rendre à Saint-Louis, mais l'envie de retourner à la tribu a été plus fort : « Je suis parti me recueillir sur la tombe de mon grand frère [Ramon Noraro, tué en 2016 à Saint-Louis, NDLR]. » Avant de s'évanouir dans la nature pendant onze mois et cette opération coup de poing des hommes du Raid, l'unité d’élite de la police, le 26 décembre dernier.

    Le 29 janvier dernier, Marie-Gilles Noraro avait été condamné à un an de prison pour ces onze mois en cavale. Il comparaissait ce mardi matin devant le tribunal correctionnel dans le cadre d'une affaire pour laquelle il avait écopé de cinq ans de prison durant sa cavale.

    Lourd passé judiciaire
    « Je ne vois aucune raison de réduire sa peine », a indiqué le procureur face à un prévenu au comportement « vindicatif » à la barre du tribunal correctionnel, avant de requérir 5 ans de prison avec maintien en détention pour Marie-Gilles Noraro, délinquant au lourd passé judiciaire. Soit la même peine prononcée le 18 septembre dernier par les juges pour le cambriolage à la voiture-bélier du magasin Arizona, sur la route du Vallon-Dore, en 2015.

    [À lire aussi : « Nuit de violence sur la RP1 »]

    Après en avoir délibéré, le tribunal a confirmé le jugement dans son ensemble et a condamné Marie-Gilles Noraro à 4 ans de prison ferme avec mandat de dépôt.

  • VOS RÉACTIONS