• © 2019 AFP | Crée le 14.09.2019 à 22h30 | Mis à jour le 14.09.2019 à 22h35
    Imprimer
    L'Estonien Ott Tänak au volant de sa Toyota Yaris lors de la 3e journée du Rallye de Turquie, le 14 septembre 2019 à Yesilbelde dans le district de Marmaris Ozan KOSE-AFP

    Le Rallye de Turquie, 11e manche sur 14 du Championnat du monde WRC, a été à la hauteur de sa réputation d'une course piégeuse: le leader du Championnat du monde Ott Tänak a été contraint à l'abandon samedi ce qui profite surtout au Français Sébastien Ogier.

    "J'ai commencé à mettre mon casque pour monter dans la voiture, et impossible de la démarrer. Cinq kilomètres avant, on s'est arrêté pour ravitailler, on est reparti et tout allait bien", peinait à comprendre l'Estonien de Toyota, qui penche pour un problème "électrique".

    Le leader du Championnat du monde pilotes a jeté l'éponge pour la journée lors de la liaison entre les spéciales N.8 et N.9, mais espère toujours s'aligner dimanche pour grappiller des points lors de la Power stage.

    Il conservera quoi qu'il arrive son rang de leader au classement général du championnat au terme du week-end, puisqu'il possédait avant l'épreuve 33 points d'avance sur le Belge Thierry Neuville (Hyundai) et 40 sur le Français de Citroën Sébastien Ogier, ses principaux poursuivants.

    "Ça rend tout plus facile, plus besoin de contrôler, juste de revenir dans la lutte" tente de positiver Ott Tänak.

    A la mi-journée du deuxième jour de course, c'est le sextuple champion du monde en titre Ogier qui en profite. Il est deuxième, à 10 secondes de son équipier Esapekka Lappi.

    Thierry Neuville, troisième au départ de la journée samedi, est sorti de route lors de la première spéciale du jour après avoir heurté une pierre, et a perdu plus de 4 minutes dans l'accident: il a rétrogradé à la 8e place à l'issue de la boucle des trois spéciales du matin, que les pilotes refont samedi après-midi.

    "Je suis très déçu, nous avons mis tant d'efforts dans cette lutte", a réagi le Belge. "Nous devons rester optimistes car il y a eu tellement de retournements de situation dans la bagarre entre nous trois", pour le titre.

    Les deux pilotes Citroën ont pris un peu de marge puisque le Norvégien Andreas Mikkelsen (Hyundai), troisième au classement provisoire, est à près d'une minute d'Ogier. Mais les routes turques peuvent encore réserver bien des surprises.

  • VOS RÉACTIONS