• | Crée le 18.07.2019 à 10h55 | Mis à jour le 18.07.2019 à 11h51
    Imprimer
    Les membres du collectif Apanc (association de protection animale de Nouvelle-Calédonie) étaient présents au palais de justice de Nouméa. Photo J.-A.G.-L.

    Un jeune homme de 23 ans a été jugé devant le tribunal correctionnel de Nouméa, ce jeudi matin, pour « sévices graves ou actes de cruauté envers un animal ».

    Le 27 mars dernier, Laly, une chienne d'à peine six mois, avait été rouée de coups par plusieurs personnes à Nouméa. Le prévenu était accusé de l'avoir prise par la queue et de l'avoir jeté contre un mur, de l'avoir « shooté » après l'avoir jeté en l'air puis de lui avoir jeté des pierres. Recueilli grièvement blessé, l'animal d'une vingtaine de kilos avait été euthanasié.

    Pour Me Ophélie Despujols, l'avocate de la SPANC (société protectrice des animaux de Nouvelle-Calédonie), il s'agit d'un dossier « détestable ». Le conseil considère que ces faits se situent « entre la barbarie et le sadisme ». D'autres associations de défense des animaux se sont également constituées partie civile à l'audience.

    Six mois de prison ferme ont été requis à l'encontre du jeune homme qualifié d'« imbécile » par le procureur de la République.

    La décision du tribunal a été mise en délibéré au 8 août prochain.

    Plus d'informations dans votre édition de demain, vendredi, en pages Pays.

     

  • VOS RÉACTIONS