• ALP | Crée le 29.06.2018 à 09h08 | Mis à jour le 29.06.2018 à 09h11
    Imprimer
    Photo ALP

    Le Livre Bleu des outremers a été remis hier, jeudi 28 juin, au président de la République. Un document qui devrait servir de colonne vertébrale à la suite de l’action du gouvernement vers les outremers.

    Désenclavement en Polynésie, problèmes liés à la vie chère en Guadeloupe, chômage en Guyane, nécessité de maintenir les jeunes au pays à Saint-Pierre-et-Miquelon, errance des mineurs en Calédonie… En écoutant les doléances des jeunes ultramarins, présentées hier à l’Elysée, à l’occasion de la remise au président de la République du « Livre Bleu Outremer », on aurait pu croire à un énième catalogue des problèmes frappant les outremers français. Sauf qu’en tendant l’oreille, les jeunes qui se sont adressés à Emmanuel Macron ne se sont pas arrêtés à ces constats. Après huit mois de travaux, près de 550 ateliers et la contribution de 26 000 participants, les assises de l‘outremer qui ont servi de base à ce livre ont surtout accouché de projets qui demain, peut-être, deviendront des solutions. 

    « La priorité sera celle de la bataille pour la création d'emplois et l'activité économique », a cadré Emmanuel Macron dans un discours de près d’une heure, tenu devant 400 invités venus de tous les outremers et une large partie du gouvernement. Le Président s’est ensuite appuyé sur les quatre priorités du programme tracé par le Livre Bleu pour articuler son propos : l’amélioration du cadre de vie, illustré en Calédonie par les renforts en matière de sécurité et le déploiement de la police de sécurité du quotidien ; la « transformation accompagnée » des territoires en matière économique et juridique ; les « territoires pionniers » en matière d’innovation et d’environnement et enfin les territoires « d'influence et de rayonnement ». Objectif affiché : dynamiser les territoires d’outremer non pas depuis Paris mais en favorisant l’éclosion de projets locaux. « Pour moi, il n’y pas d’outremer mais un archipel de France », a indiqué le chef de l’Etat. Un concept que le Président de la République veut opposer à la notion de centre et de périphérie, trop longtemps appliquée pour faire vivre les relations entre la métropole et ses territoires éloignés.

    « Il est temps de dépasser l'image des jolies cartes postales »
    Quelques instants plus tôt, la ministre des outremers Anick Girardin avait elle aussi tenu à faire table rase des relations passées et des tenaces images accolées aux outremers. « Il est temps de dépasser l’image des danseuses de la République ou des jolies cartes postales, a-t’elle estimé. Car les outremers doivent être avant tout des territoires de solution et d’expérimentation. » Pour accompagner ce mouvement, le Livre Bleu, « qui nous oblige et nous engage à la fois », ont insisté madame Girardin et M.Macron, constituera « une feuille de route pour la politique que le gouvernement entend mener en outremer tout au long du quinquennat. » Ils avaient pu, quelques instants auparavant, entendre la voix d’un jeune du Mont-Dore, Pablo Barri, plaider pour la création d’un guichet unique en Calédonie, afin d’accompagner efficacement les jeunes vers l’emploi et la formation professionnelle. Une heure plus tard, à quelques dizaines de mètres de l’Elysée, ce sont cette fois de jeunes entrepreneurs calédoniens qui pouvaient surfer sur la vague créée par cette nouvelle donne entre métropole et outremer, en participant au speed-dating organisé entre des porteurs de projet issus de tous les territoires et des investisseurs institutionnels. Une opportunité à ne pas rater pour Alexandre et Benoît, les deux créateurs de la plateforme Pickme.nc, qui met en relations chauffeurs et clients tout en s’engageant pour la prévention routière. « On nous donne l’occasion de rencontrer des opérateurs numériques, des investisseurs… C’est une opportunité qu’il faut saisir, confirment les jeunes entrepreneurs, et la preuve qu’il y a une volonté d’accompagner les territoires comme le nôtre ! ».

    Prochain volet consécutif à la publication du Livre Bleu : la présentation, en septembre prochain, des lauréats du concours d’innovation lancé dans le cadre des Etats généraux et l’organisation d’un premier forum national des projets d’outremer, à l’automne. Un premier bilan de l’ensemble de l’opération sera fait d’ici 18 mois.

     

    Emmanuel Macron : « La France serait moins grande sans la Calédonie »

    Le Président de la République, comme l’imposait l’exercice, a eu un mot pour chacun des territoires ultramarins. Concernant la Calédonie, le chef de l’Etat a insisté sur la nécessité de « renforcer la souveraineté alimentaire et énergétique du territoire », ainsi que « son ancrage dans la zone indo-pacifique ». Mais il a aussi glissé quelques mots sur l’avenir en estimant, à moins de cinq mois du référendum, que « la France serait moins grande et moins belle sans la Nouvelle-Calédonie ».

  • VOS RÉACTIONS