fbpx
    Sports
  • AFP | Crée le 08.12.2023 à 10h03 | Mis à jour le 08.12.2023 à 10h05
    Imprimer
    Pour la ministre des Sports Amélie Oudea-Castera, ici lors de sa visite à Tahiti en août, "le prochain test doit être minutieusement préparé". Photo Suliane FAVENNEC / AFP
    La ministre des Sports et des JO, Amélie Oudéa-Castéra, a expliqué jeudi que le test qui avait échoué sur le site olympique de surf de Teahupo’o en Polynésie n’avait pas "été bien préparé" et a exclu l’hypothèse d’un plan B de déplacer l’épreuve.

    Le gouvernement polynésien a décidé de suspendre les travaux sur le site après des essais techniques, filmés par des associations de défense de l’environnement, au cours desquels une barge prévue pour l’installation d’une nouvelle tour des juges a brisé du corail.

    La décision de suspendre ces travaux a été saluée mercredi par la fédération internationale de surf (ISA).

    Pour la ministre a déclaré : "Il y a eu un test qui n’a manifestement pas été bien préparé et n’a pas pu être bien conduit et a malheureusement abîmé des bouts de corail, c’est évidemment tout à fait regrettable".

    "Il faut que le prochain test soit minutieusement préparé", a-t-elle ajouté.

    Sur le bon chemin

    Interrogée sur la perspective "d’un plan B", alors que les villes de Lacanau (Gironde) et de La Torche (Finistère), éconduites au moment du choix du site de surf, se sont manifestées, la ministre a répondu : "non, il n’y a pas de plan B. On est sur ce chemin qui est vraiment le bon d’avoir une nouvelle tour des juges redimensionnée", et qui correspond à des "demandes qu’avaient faites les locaux".

    Mi-novembre, les organisateurs et le gouvernement polynésien avaient revu leur copie avec un projet de tour des juges allégée afin de "limiter au maximum les atteintes à l’environnement".

    "Les pourparlers s’intensifient au niveau local et nous aurons dans le courant de la semaine prochaine un échange avec les autorités polynésiennes pour essayer de bien se caler sur tout ce processus", a-t-elle ajouté.

    Il y a "un esprit de dialogue"

    Pour sa part, le président du comité d’organisation des JO, Tony Estanguet, a dit jeudi à quelques médias qu’il "entend les remarques et les inquiétudes". "On regrette tous ce test qui s’est mal déroulé la semaine dernière", a-t-il affirmé, assurant qu’il y a "un esprit de dialogue".

    "Aujourd’hui avec le gouvernement polynésien on essaie de trouver de nouvelles solutions techniques pour réaliser ces travaux tout en respectant l’environnement", a-t-il expliqué. "J’ai entendu ces villes qui souhaitent candidater au cas où on ait un échec sur le site de Teahupo’o", a-t-il dit, mais "en tant que partenaire avec le gouvernement polynésien j’ai envie de mettre toute mon énergie pour accompagner le gouvernement polynésien afin de trouver les meilleures solutions".

    Interrogée sur le fait de savoir si elle se rendrait en Polynésie en décembre comme elle l’avait dit, Amélie Oudéa-Castéra a expliqué que ce n’était "pas nécessaire" car elle avait pu échanger avec le président polynésien, Moetai Brotherson, lorsqu’il est venu à Paris fin novembre.

    Tony Estanguet avait également indiqué qu’il s’y rendrait mais rien n’a été précisé depuis.

    MERCI DE VOUS IDENTIFIER
    X

    Vous devez avoir un compte en ligne sur le site des Nouvelles Calédoniennes pour pouvoir acheter du contenu. Veuillez vous connecter.

    J'AI DÉJA UN COMPTE
    Saisissez votre nom d'utilisateur pour LNC.nc | Les Nouvelles Calédoniennes
    Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.
    JE N'AI PAS DE COMPTE

    Vous avez besoin d'aide ? Vous souhaitez vous abonner, mais vous n'avez pas de carte bancaire ?
    Prenez contact directement avec le service abonnement au (+687) 27 09 65 ou en envoyant un e-mail au service abonnement.
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS