fbpx
  • Avec AFP | Crée le 20.11.2020 à 07h43 | Mis à jour le 20.11.2020 à 07h52
    Imprimer
    Photo archives LNC
    Le ministre des Outre-mer a, par ailleurs déploré que l'Etat ait été « mis à l'écart » de cette offre concurrente, portée par la Sofinor.

    Ce jeudi, en Métropole, le ministre des Outre-mer Sébastien Lecornu a prôné « une grande fermeté » face aux actions en Nouvelle-Calédonie menées par des opposants à la vente d'une usine de nickel à un consortium mené par Trafigura, et déploré avoir été mis à l'écart d'une offre concurrente. 

    « Pas de bazar »
    « Je n'aime pas le bazar, je ne souhaite pas le bazar et je ferai tout pour qu'il n'y ait pas de bazar », a-t-il affirmé lors d'une audition à l'Assemblée nationale par la délégation aux Outre-mer. « Et pour qu'il n'y ait pas bazar, il faut que l'Etat soit fort par la réponse à l'ordre public », a-t-il prévenu, après le blocage des accès au gouvernement local et à la province Sud par des militants opposés à la vente, par le groupe brésilien Vale, de son usine métallurgique de nickel et de cobalt à un consortium calédonien et international, dans lequel le suisse Trafigura, géant du négoce de matières premières, détient 25%.

    « On sera présent, que personne ne se fasse d'illusions là-dessus. Je ne laisserai pas faire n'importe quoi », a prévenu le ministre, assurant avoir « donné des instructions de grande fermeté aux commissaires ».

    Le collectif « Usine du Sud = usine pays » et Instance coutumière autochtone de négociation (Ican) a multiplié depuis une semaine les actions pour s'opposer à la vente. Les forces de l'ordre sont intervenues mardi pour disperser des militants.

    Offre concurrente
    Les militants défendent une offre concurrente, qui n'a pas été retenue par Vale, portée par Korea Zinc et la société financière de la province Nord. Le projet prévoit 56% de participation publique calédonienne.

    Lors de son intervention, Sébastien Lecornu a déploré que l'Etat ait été « mis à l'écart » de cette offre concurrente. « Elle m'a été communiquée quelques heures avant la fin du délai de négociation entre Vale et les éventuels repreneurs », a-t-il affirmé, s'étonnant que personne ne lui en ait parlé pendant son récent séjour en Nouvelle-Calédonie.
    « Je trouve bizarre d'appeler à l'Etat alors que je suis parti », a-t-il déclaré. « Maintenant, on a des troubles de l'ordre public importants, des manifestations qui demandent à ce que l'Etat intervienne, alors que pendant des mois on a tenu l'Etat à l'écart de cette offre de reprise. » 

    Le ministre, qui plaide pour le dialogue, demande désormais « à ce que les offres soient connues de tout le monde », afin de regarder « ce qu'elles contiennent" » 

    MERCI DE VOUS IDENTIFIER
    X

    Vous devez avoir un compte en ligne sur le site des Nouvelles Calédoniennes pour pouvoir acheter du contenu. Veuillez vous connecter.

    J'AI DÉJA UN COMPTE
    Saisissez votre nom d'utilisateur pour LNC.nc | Les Nouvelles Calédoniennes
    Saisissez le mot de passe correspondant à votre nom d'utilisateur.
    JE N'AI PAS DE COMPTE

    Vous avez besoin d'aide ? Vous souhaitez vous abonner, mais vous n'avez pas de carte bancaire ?
    Prenez contact directement avec le service abonnement au (+687) 27 09 65 ou en envoyant un e-mail au service abonnement.
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE

     


  • VOS RÉACTIONS