Faits divers
  • Les Nouvelles de Tahiti | Crée le 12.03.2003 à 21h00 | Mis à jour le 23.07.2016 à 20h59
    Imprimer
    Des affrontements entre deux bandes rivales ont dégénéré, ce week-end, à Rivière-Salée. Dégradations diverses, puis bataille rangée entre caillasseurs et policiers. Sept personnes ont été interpellées.

    Les échauffourées entre deux bandes du quartier de Rivière-Salée ont commencé, samedi matin, près de la rue Kœnig. Une maison a été caillassée. La police est rapidement intervenue, mais les jeunes gens belliqueux se sont éparpillés comme une volée de moineaux. Le quartier dans le noirLe même scénario s'est reproduit dans la nuit de samedi. Cette fois ce sont deux voitures qui ont été dégradées. La police est à nouveau intervenue, mais une fois de plus les caillasseurs se sont rapidement évanouis dans la nature. Le dimanche vers 19 heures, les combattants n'étaient toujours pas calmés. Ils s'en sont pris à des câbles électriques. Et ils ont fini par provoquer un court-circuit. L'équipe de réparation d'EEC a alors essayé d'intervenir pour réparer. Mais elle a aussitôt été prise pour cible par les vandales. Une barre de fer a même été lancée sur l'ouvrier perché dans sa nacelle. L'objet a fort heureusement manqué sa cible. Bref, les réparateurs ont dû faire appel à la police pour pouvoir réparer sous sa protection. A l'instar des cités métropolitaines où ce genre de dépannage s'effectue quasiment toujours sous protection policière. Mais, la patrouille n'a rien pu faire face à 50 jeunes, ivres et surexcités. Policiers et techniciens ont dû battre en retraite sous une volée de pierres.Mobilisation policièreFinalement, polices nationale et municipale ont regroupé leurs forces et une trentaine d'agents ont bouclé le quartier. Ils ont procédé à sept interpellations. Deux hommes ont été formellement identifiés comme faisant partie des bandes ayant commis les dégradations. Après un passage en cellule de dégrisement, les deux hommes ont été placés en garde à vue. Leurs interrogatoires ont permis aux policiers d'interpeller trois autres vandales.Les cinq hommes ont été déférés au parquet et remis en liberté hier. Ils sont convoqués au tribunal correctionnel en juin prochain pour répondre de leurs actes.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS