Grand Nouméa
  • Aude Rolland | Crée le 18.08.2018 à 04h25 | Mis à jour le 18.08.2018 à 04h25
    Imprimer
    Hier, sur la promenade de Koutio, il fallait marcher sur le bitume chaud pour accéder à certains commerces. Photos A.R.
    Dumbéa. Le centre urbain de Koutio continue de se transformer pour le passage du Néobus. Les commerçants prennent leur mal en patience, en attendant la fin des travaux.

    Des vapeurs de bitume chaud ont à nouveau envahi le centre urbain de Koutio depuis cette semaine. Le vaste chantier de réseau de transport en commun, qui relie la place de la Moselle au Médipôle, est en phase finale. Certains tronçons sont terminés, comme celui devant le lycée du Grand Nouméa, et les autres sont en bonne voie. De quoi redonner le sourire aux commerçants du coin, qui observent la valse des engins de chantier depuis leur installation, et subissent les évolutions du plan de circulation, parfois sans préavis.


    PROBLÈMES DE

    SIGNALÉTIQUE

    En s’installant au centre urbain de Koutio il y a un mois et demi, cette gérante d’un magasin de prêt-à-porter savait qu’elle allait subir des désagréments. « Ce n’est pas évident en ce moment pour la clientèle puisqu’il n’y a plus de places de parking juste devant le magasin. Mais on est satisfaits de notre emplacement car le centre est en plein développement. On prend notre mal en patience, et on attend de voir le résultat ».

    Juste à côté, Barbara, installée depuis mai 2016 et gérante d’un centre d’esthétique, déplore le manque de signalétique pour aiguiller les clients sur le parking temporaire « Nous n’avons qu’un seul panneau, visible dans un seul sens de circulation. De plus, il a été ajouté 15 jours après le début des travaux. » Pour l’instant, les deux commerces ne s’alarment pas sur la baisse de la fréquentation « Aujourd’hui, il n’y a personne car les travaux sont juste devant chez nous, mais les clients devraient vite revenir », espère-t-elle. Dans l’ensemble, les deux femmes sont optimistes, d’autant qu’elles s’estiment bien informées des travaux du Néobus. « Ici, il y aura un trottoir provisoire » annonce Daniel Contal, chargé des opérations de la Secal, qui vient de s’arrêter pour informer les commerçants. Plus loin, un caviste observe le chantier depuis sa porte blindée « Nous, ça fait cinq ans qu’on est ici, et ça fait cinq ans qu’on est en travaux. La route a été refaite au moins trois fois devant chez nous. Au-delà du chantier du Néobus et du centre urbain en général, c’est surtout la délinquance qui nous porte préjudice », explique Olivier Bigaud, qui enregistre une baisse de son chiffre d’affaires d’environ 20 % chaque année depuis trois ans. Idem pour le bazar juste à côté, qui baisse le rideau à la fin du mois « Nous avons beaucoup perdu notre clientèle à cause de l’insécurité dans le quartier » regrette Elisa, la responsable du magasin.

    Aucun commerce, pour l’instant, n’a prévu de monter un dossier d’indemnisation pour compenser d’éventuelles pertes dues au chantier du Néobus.


    Repères


    Le calendrier du Néobus

    Les travaux ont démarré en juillet 2016 dans le centre urbain de Koutio. La fin des gros chantiers, comme la modification du plan de circulation, les réseaux et l’enrobage de la chaussée, est annoncée pour fin octobre. Les travaux de finition, comme les trottoirs et l’éclairage, se poursuivront jusqu’en janvier 2019.


    Un nouveau rond-point à Kenu-In

    Aménagé pour le passage du Néobus, le giratoire entre le pont de la Tonghoué et la Promenade de Koutio (à côté du magasin Conforama), sera ouvert à la circulation d’ici la fin du mois.

  • MEDIAS ASSOCIÉS
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS