Grand Nouméa
  • S.B et C.G. | Crée le 14.05.2019 à 05h35 | Mis à jour le 14.05.2019 à 16h50
    Imprimer
    À Nouméa, les sensibilités politiques sont très clivées. Si la majorité a donné sa préférence à l’Avenir en confiance, on remarque que les quartiers sud affichent des scores plus marqués qui dépassent le taux de 40%. Le record revient à Jean-Mermoud avec 78,50%. Infographie Patricia Crezen
    Dimanche, plus de 50 % des 31 658 votants nouméens ont choisi l’Avenir en confiance. Le mouvement est arrivé en tête dans 52 des 57 bureaux de vote. Mais ces élections provinciales ont révélé des disparités entre les quartiers de la capitale. Des contrastes qui s’apparentent à ceux des provinciales de 2014. Tour d’horizon.

    Participation

    Les quartiers sud se sont davantage rendus aux urnes. Le bureau de vote Mermoud 2, au Val-Plaisance, fait figure de bon élève avec la participation la plus élevée (79,02 %). À l’inverse, le bureau Mouchet 2, situé à Montravel, affiche le taux le plus faible avec 47,99 %.

    Lors des élections provinciales de 2014, ces mêmes bureaux avaient enregistré les mêmes records, avec un plus fort taux à 82 % et un plus bas à 56 %.

    En 2014, la participation était de 72%. Dimanche, seuls 65,69% des électeurs nouméens se sont rendus aux urnes.

     

    Le Sud plébiscite l’Avenir en confiance

    Le mouvement de Sonia Backès se taille la part du lion dans les quartiers sud, où il obtient plus de la moitié des suffrages. Au bureau de vote Mermoud 2, les électeurs lui ont accordé 78,5 % des voix. Son score est bien moindre dans le nord avec 6,68 % à Louise-Vergès, à Kaméré, ou encore 12,45 % à Mouchet 1, à Montravel.

    Si l’on tente une comparaison avec les résultats de 2014, on note également un fort attrait pour les partis de Sonia Backès et de Cynthia Ligeard, qui cumulaient jusqu’à 63 % des suffrages à Mermoud 2, et moins de 20 % à Mouchet 1, qui avait avantagé le FLNKS avec 48 % des voix.

    Calédonie ensemble en recul

    Que ce soit dans le nord ou dans le sud de la ville, le score de Calédonie ensemble s’établit en moyenne entre 15 et 20 %. Le parti n’arrive en tête qu’au bureau de vote de Suzanne-Berton, à Rivière-Salée, avec 23,34 % de ses suffrages. Une courte avance (2,5 points) sur l’Avenir en confiance.

    En 2014, la situation du parti était bien meilleure.

    Celui-ci arrivait en tête dans une cinquantaine de bureaux. Il enregistrait des résultats compris entre 27 et 43 % enregistrés au bureau de vote Candide-Koch, à la Vallée-des-Colons.

    Le FLNKS se maintient au nord

    Le parti indépendantiste continue de séduire dans les quartiers nord avec plus de 10 % des voix. Quatre bureaux le placent en tête : à Montravel, Mouchet 1 (36,50 %), à Kaméré, Louise-Vergès (32,19 %) et Talon 1 (21,36 %) et à Rivière-Salée, Devambez 1 (24,56 %). Au sud, il se situe autour des 5 %.

    En 2014 déjà, ces bureaux rassemblaient bon nombre d’électeurs du FLNKS. À titre d’exemple, Mouchet 1 affichait 47,93 % des suffrages.

    L’Eveil océanien convainc le nord

    Autre clivage : c’est surtout dans le nord que l’Eveil océanien, nouveau venu sur la scène politique, remporte des suffrages.

    Au bureau de vote Devambez 1, il en rafle 19,43 %. Dans le sud de Nouméa, il ne franchit pas le cap de 5 % des voix.

    De petits partis constants

    En 2014, le Front national enregistrait un score de 3,88 %. Dimanche, le Rassemblement national (nouveau nom du FN), a remporté 3,87 % des voix, avec un score culminant à 7,85 % à l’école Charbonneaux, à Magenta.

    Quant au parti de Martine Cornaille, Alliance citoyenne pour la transition, il obtient 3,28 % des suffrages, avec des pics de participation dans le bureau de vote Bichon, situé à l’Orphelinat. Act, que l’on peut comparer à Convergence pays en 2014, qui avait obtenu 3,50 % des voix.

    Les nouveaux partis

    Quel que soit le quartier, certains petits partis qui ont émergé récemment sur l’échiquier politique, ne parviennent pas à franchir la barre de 5 % des suffrages. C’est le cas de Calédonie nouvelle et réunie (CNR) et du Mouvement néo-indépendantiste et souverainiste sud (MNIS sud), qui enregistrent respectivement un maximum de 29 voix à Lods 1 et de 30 voix au bureau de vote Devambez 1.

    Les conséquences sur la mairie

    Les scores obtenus par l’Avenir en confiance placent dix-neuf colistiers de Sonia Backès à la province Sud. Trois d’entre eux sont conseillers municipaux. Il s’agit de Philippe Blaise, Isabelle Champmoreau et Marie-Jo Barbier. Françoise Suvé est adjointe au maire. Leurs nouvelles responsabilités politiques pourraient avoir une incidence sur le fonctionnement communal, s'ils choisissaient de ne pas cumuler les mandats.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS