Grand Nouméa
  • Aurélia Dumté | Crée le 14.04.2018 à 04h25 | Mis à jour le 14.04.2018 à 04h25
    Imprimer
    Cette classe de maternelle a été entièrement repeinte par les malfrats. Une entreprise de nettoyage est intervenue vendredi après-midi. Mais les dessins, les cahiers des enfants, le petit matériel éducatif sont définitivement abîmés. Photos A.D.
    MONT-DORE. La petite école du quartier de Saint-Michel a été visitée trois fois durant cette semaine de vacances. Lors de la dernière visite, les malfaiteurs ont littéralement saccagé les salles de classe, taguant et peinturlurant les murs et le mobilier.

    «Au début, j’ai cru que seuls les murs extérieurs étaient tagués, mais quand j’ai découvert l’état des salles de classe, ça m’a fait un choc… » « J’ai pleuré quand j’ai appris la nouvelle. » « Dans la voiture, en venant, j’ai hurlé. » Julie Olive, Marie Le Bihan et Audrey Utard sont abasourdies. Choquées. Ces trois maîtresses de maternelle de l’école Saint-Michel ont découvert hier matin leurs salles ravagées. La classe d’Audrey ressemble à un tableau de Jackson Pollock, l’esthétique en moins. Celle de Julie a littéralement servi d’urinoir aux malfaiteurs. Les vitres sont brisées, les barreaux des fenêtres sont écartés juste assez pour laisser passer un corps fin. Dans les classes, les fournitures scolaires sont au sol. Les jouets, le petit matériel Montessori est détruit…


    15 salles visitées

    Vraisemblablement plusieurs personnes se sont introduites dans l’école de Saint-Michel dans la nuit de jeudi à vendredi, massacrant systématiquement chaque salle. « Ils sont entrés dans 15 pièces, constate Philippe Clerc, le directeur de l’école. Toutes les classes, même mon bureau ont été visitées. C’est surtout le mobilier qui a été dégradé, il n’y a pas tellement de vols, souligne le directeur. Cela fait huit ans que je suis dans cette école, et c’est la première fois que je vois ça. La seule chose que j’aie connue en huit ans, c’est un vol d’ordinateur, et, deux mois plus tard, pris de remords, le voleur nous l’avait rendu… » Là, les malfrats sont partis avec sept tablettes numériques géolocalisées, et donc ne fonctionnant que dans l’enceinte de l’établissement scolaire. Mais ce sont surtout les marqueurs de toutes sortes qui ont été subtilisés. « Si encore c’était pour faire de l’art… mais c’est pour taguer à nouveau », constate dépitée, Audrey Utard.

    Les trois maîtresses de maternelle semblent complètement abattues. « C’est ma deuxième maison ici », souffle Julie Olive. « C’est un gros investissement personnel qui est détruit », renchérit Audrey Utard.


    Valeurs absentes

    « Ma classe n’a pas été trop dégradée, ils ont volé quelques stylos, raconte Marie Muhimutu, institutrice de CM1. Mais cela n’empêche pas la dame d’être profondément choquée. Le projet éducatif que l’on met en place est porteur de valeurs fortes, comme la solidarité, et là, les valeurs n’y sont pas. » Hier matin, la gendarmerie a effectué des prélèvements. Rapidement, un mineur du quartier a été arrêté. « C’est désolant, c’est l’école où la plupart des enfants du quartier sont passés. C’est un vrai sentiment d’échec », glisse la maîtresse de CM1.

    Après le passage de la gendarmerie, les agents d’entretien commencent à nettoyer les classes. « Je suis découragée, souffle Lolita, femme de service à Saint-Michel depuis cinq ans. Ça fait pitié de voir les jeunes agir comme ça. » L’après-midi, la municipalité a commandité une entreprise privée pour nettoyer l’école de manière à ce que la rentrée se déroule normalement lundi. « A la rentrée, nous allons discuter avec les élèves, il va falloir mettre des mots sur ces choses-là, explique Philippe Clerc, le directeur. « Nous rappellerons les mêmes choses, les valeurs de l’école. Malgré les efforts de prévention réalisés par les communes, j’ai le sentiment que nous sommes dans une impasse. » L’équipe pédagogique envisage de débrayer lundi afin d’informer les parents.


    1

    million C’est, en francs, le montant du préjudice estimé par la municipalité. Mais le préjudice moral, lui, ne pourra pas être chiffré.

    Repères

    Des écoles rarement dégradées

    « C’est la première fois que cette école subit des dégradations aussi importantes, souligne Eddie Lecourieux, premier adjoint au maire du Mont-Dore. Nous avons eu un début d’année tout à fait calme, une fenêtre fissurée par là, mais cela fait longtemps que nous n’avions pas eu de gros problèmes. »


    La mairie partie civile

    Selon la mairie, quatre jeunes du quartier de Saint-Michel sont responsables des dégâts. Un premier mineur a été arrêté vendredi matin. « Quand j’ai vu la peinture dans les classes, je me suis dit, ceux-là, ils sont cuits ! relate le premier adjoint au maire. Ils sont encore pleins de peinture ! » Et en effet, la peinture ne part pas si facilement que ça… « La mairie va se porter partie civile, et surtout, ils vont payer ! On ne peut pas venir comme ça et tout casser impunément ! », insiste Eddie Lecourieux.

  • MEDIAS ASSOCIÉS
  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS