Grand Nouméa
  • Aurélien Pol | Crée le 05.02.2019 à 04h25 | Mis à jour le 05.02.2019 à 07h46
    Imprimer
    Les dix-huit résidents du foyer La Séviane étaient enjoués, mercredi, de recevoir la visite des membres du Centre communal d’action sociale du Mont-Dore. Photos : Aurélien Pol
    MONT-DORE. Le foyer pour personnes en situation de handicap intellectuel a reçu un baby-foot mercredi. Depuis sa création, en 2004, La Séviane a connu de nombreuses évolutions.

    Effectuer un achat amusant pour ce début d’année, c’était une volonté de l’Association de coopération sociale et médicosociale (ACSMS), gérante du foyer La Séviane, qui mène des actions sociales et médicosociales auprès des publics fragiles.

    L’ACSMS a obtenu une subvention de 200 000 francs du centre communal d’action sociale (CCAS) en début d’année. « Dans le cadre du dixième anniversaire de la semaine Handicapable, nous avons réussi à dégager des bénéfices. C’est pourquoi nous avons octroyé cette somme à cette association », souligne Maurice Pelage, l’élu en charge de l’action sociale au Mont-Dore.

    Dès sa réception, le baby-foot a trouvé ses premiers adeptes.

     

    C’était jour de fête, mercredi, pour les dix-huit résidents de La Séviane, qui réceptionnait un baby-foot. La majeure partie de l’enveloppe a permis l’acquisition du jeu de football miniature. « Cela nous offre un loisir supplémentaire et le plaisir de partager des moments ensemble », souligne Pascale, une éducatrice spécialisée. Des tournois au foyer sont envisagés prochainement, afin d’attirer des visiteurs. « Avec ce dispositif, l’équipe éducative travaillera l’acceptation de la défaite chez les résidents, difficile pour certains », indique Laurence Manac’h, directrice de La Séviane.

    Des places en journée

    Le foyer, situé au Mont-Dore sud, existe depuis 2004. Il a pour objectif « d’assurer l’hébergement à temps plein et la prise en charge quotidienne d’adultes en situation de handicap intellectuel, mental et/ou psychique, nécessitant un accompagnement dans les actes de la vie quotidienne ». Jusqu’en 2007, l’établissement était dirigé par le Kiwanis club. L’ACSMS a repris le flambeau. « On avait de la place et neuf résidents. Petit à petit, La Séviane s’est remplie », lance Laurence Manac’h. Remplie ? Même trop ! Victime de son succès, « les deux locaux des veilleurs de nuit ont été réquisitionnés en 2011 car nous manquions de chambres. Ce petit changement nous a fait passer de seize à dix-huit résidents. »

    La liste d’attente est encore longue actuellement et la place est précieuse. « Nous avons lancé des demandes pour accueillir trois personnes, qui participeraient à nos activités et rentreraient chez elles le soir. C’est tout ce que nous pouvons faire pour l’instant », conclut la directrice du foyer.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS