Grand Nouméa
  • Aurélien Pol | Crée le 05.04.2019 à 04h25 | Mis à jour le 05.04.2019 à 08h11
    Imprimer
    Dès la descente du bus, les vingt-deux élèves du collège de Boulari se sont montrés particulièrement intéressés par la visite du Régiment d'infanterie de marine du Pacifique Nouvelle-Calédonie de Plum. Photos A.P
    MONT-DORE. La première classe défense du collège de Boulari a visité le Rimap de Plum hier. Pour cet après-midi de découverte, les militaires ont mis les petits plats dans les grands.

    A peine 13 heures, le caporal-chef Abdallah, le chef de la cellule communication du Régiment d’infanterie de marine du Pacifique, attendait déjà les vingt-deux élèves de la classe défense du collège de Boulari. « Nous avons signé une convention avec cet établissement l’année dernière. C’est la première fois que nous l’accueillons sur la base », explique le caporal-chef. Les collégiens sont arrivés en bus scolaire à 13 h 30. « Cet après-midi, vous allez découvrir le Camp Broche. Lorsque nous effectuerons les activités, je vous demande juste de rester disciplinés ». Le ton est donné.

    Plusieurs infrastructures du Rimap de Plum sont indiquées aux jeunes citoyens. « Regarde, ils ont carrément un rond-point », « Longin, la pièce de canon là-bas », entend-on dans le petit cortège.

    Une présentation de l’aire coutumière du Camp Broche a été organisée. « Chaque personne qui entre ici pour la première fois doit passer par cet espace. Cela est essentiel pour nous », souligne le Capitaine

    De multiples ateliers

    Hippolyte Thidjite, scout à la cellule Brousse du Rimap, a présenté l’histoire de la Nouvelle-Calédonie et la culture kanak à la classe de défense.

     

    Victor. De nombreux symboles kanak y sont représentés, tous ayant une histoire avec le régiment. « Ici vous avez des sculptures mélanésiennes de tous les chefs de corps passés par Plum », poursuit le capitaine Victor. L’histoire de la Nouvelle-Calédonie et de la culture kanak a été exposée par Hippolyte Thidjite, scout à la cellule Brousse. Sous la case du Rimap, les élèves ont consulté la liste de leurs aïeux, morts au champ d’honneur pendant les deux conflits mondiaux.

    Sous la case du Rimap, les collégiens ont consulté la liste des soldats du Bataillon du Pacifique morts au champ d’honneur pendant les deux guerres mondiales.

     

    En fin de journée, de multiples ateliers de la compagnie interarmes ont été mis en place. « L’objectif est de faire découvrir les équipement et le matériel », indique le caporal-chef Abdallah. La démonstration des différents usages du Famas a connu un vif succès.

    La démonstration des différents usages du Famas a fasciné les élèves. Les questions ont fusé durant l’atelier.

    Des explications sur les méthodes de déminage ont été fournies aux visiteurs du jour.

     

    Des explications sur les méthodes de déminage ont été données. Les rations n’ont pas raffolé les papilles des élèves. « C’est très sec ce gâteau-là », lance un collégien.

    Bilan positif pour le Rimap, tout le monde a semblé apprécier. « C’est trop bien, j’ai appris plein de choses aujourd’hui », souligne Jason. L’événement a même suscité des vocations. « Avec ces ateliers, j’ai encore plus envie d’entrer de défendre la population », conclut Ryan.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS