Îles
  • Yann Mainguet | Crée le 06.02.2008 à 21h00 | Mis à jour le 23.07.2016 à 18h25
    Imprimer
    Des souvenirs plein la tête, Henri Fairbank a passé les commandes de l'hôtel Nengone à Régis Rigault, tout nouveau directeur aux expériences professionnelles connues sur tout le globe.

    Les clés de la maison changent de main. Le cyclone Gene a même failli venir saluer la passation. Henri Fairbank, après huit années à la tête du Nengone Hôtel, a tiré sa révérence en fin de semaine dernière au milieu de personnalités, invitées à partager musique et « repas de rêve »... « Une fête magnifique », note la vedette. « à un moment, je me suis même mis à pleurer. » Parti, « Papa Henri » aux 78 années à vous remplir trois romans ? Non, pas vraiment. L'ancien et le nouveau patron se connaissent depuis trois ans, et entretiennent, selon eux, « une excellente relation ». Depuis le début de l'année, « m'sieur Fairbank » passe ainsi régulièrement à l'hôtel livrer quelques tuyaux afin d'éviter tout soubresaut dans la gestion, et puis faire la bise aux employées, évidemment. Pour autant, l'arrivant n'est pas un jeunot. La quarantaine solide, Régis Rigault a déjà derrière lui une longue expérience de terrain dans l'hôtellerie. Au compteur, « vingt-sept années de carrière » sur le globe, en Afrique, en Asie, au Moyen-Orient, dans l'océan Indien, le Pacifique... pour le compte de la chaîne Intercontinental ou le groupe espagnol Melia. « Le professionnalisme des employés » L'homme connaît bien la Nouvelle-Calédonie, pour avoir étudié au lycée professionnel Escoffier de Nouméa, et puis « toute ma famille est encore là ! » Dernièrement, après avoir managé le White Sand Country Club à Port-Vila (Vanuatu), Régis Rigault assurait la gestion de l'hôtel de la compagnie Sodil à Lifou. Se présente aujourd'hui au Nengone Hôtel un joli programme de travail. La structure hôtelière, actuellement en phase de rénovation mais toujours en activité, accrochera à son fronton une étoile supplémentaire le 1er avril. Ce n'est pas un poisson... Trois astres bientôt. La montée en gamme « va se faire sans difficulté », se réjouit le patron à la large carrure. « J'ai été très agréablement surpris par le professionnalisme des employés, et ce, grâce au travail de M. Fairbank. » Le tout nouveau retraité, attaché à son île de Maré, coulera de doux jours non loin de l'hôtel, à deux kilomètres, tantôt au piano - « Je vais m'attaquer à Mozart » - tantôt sur un autre clavier - « Je compose des poèmes, et je suis en train d'écrire une autobiographie. » Madame, Malia Fairbank, oeuvra toujours dans la maison Nengone, à son poste d'assistante désormais de Régis Rigault. La roue tourne.

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS