Nouvelle Calédonie
  • Jean-Alexis Gallien-Lamarche / jeanalexis.gallien@lnc.nc | Crée le 16.03.2018 à 04h25 | Mis à jour le 16.03.2018 à 06h53
    Imprimer
    Condamnée à cinq années de prison dont quatre avec sursis par la cour d’assises, hier matin, Penina Helloa est partie au Camp-Est pour purger la peine ferme, soit un an. Photo Archives LNC
    JUSTICE. Penina Helloa a été condamnée par la cour d’assises à cinq ans de prison dont quatre avec sursis pour avoir tué son petit ami, le 18 janvier 2016. En larmes, l’accusée, régulièrement battue par André, a demandé pardon à la famille de la victime.

    Penina Helloa a dormi pour la première fois de sa vie derrière les barreaux du Camp-Est. Après en avoir délibéré pendant plus de deux heures, hier matin, la cour d’assises a condamné la jeune femme de 20 ans à la peine de cinq années de prison, dont quatre avec sursis, pour avoir tué, d’un coup de couteau, son petit ami, André Piou, le 18 janvier 2016, dans un appartement de la Vallée-des-Colons. « Je n’ai jamais voulu le tuer, je vais vivre avec ce fardeau toute ma vie, je voulais simplement qu’il arrête de me frapper. Je demande pardon à sa famille », a clamé, avant que la cour et les jurés ne se retirent, l’accusée, en larmes.

     

    « Elle n’a rien à faire au Camp-Est »

    C’est ainsi que se termine l’histoire des « amoureux de la rue Taragnat », comme les a surnommés l’avocate d’André Piou, Me Marie-Katel Kaigre. « Deux destins brisés », a rappelé l’avocat général, Christian Pasta, qui a requis la peine de cinq ans dont trois avec sursis. « Penina Helloa a commis un acte volontaire qui a eu des conséquences involontaires. Est-ce qu’elle avait d’autres possibilités que de se saisir d’un couteau ? Oui. Elle aurait pu prendre la fuite, en découdre et résister ou bien se saisir d’autre chose », a affirmé Christian Pasta, évoquant « une riposte complètement disproportionnée car André n’était pas un bourreau ni un tyran domestique mais un garçon calme, pondéré et réservé ». Un coup de couteau contre des coups. Voilà comment résumer ce dossier. Mais des coups « répétés, presque quotidiens » tout au long de leurs quatre années de couple, fait remarquer le conseil de l’accusée, Me Martin Calmet. « Derrière Penina, il y a toutes ces femmes qui sont frappées, qui sont humiliées, qui guettent l’ombre de leur mari rentrer à la maison à la fin de la journée, a déclaré l’avocat. Penina, tu es un symbole de courage pour toutes ces femmes qui subissent des violences conjugales. »

     

    « Punition courte mais symbolique »

    Me Calmet, qui n’a pas plaidé la légitime défense ou l’acquittement, a prié de ne pas envoyer Penina Helloa au Camp-Est, elle qui n’a jamais fait un seul jour de détention provisoire en attendant ce procès. « Ces femmes battues ne doivent pas se retrouver derrière les barreaux. Elle n’a rien à faire au Camp-Est », a-t-il ajouté. Des propos auxquels l’avocat général avait, un peu plus tôt, adhéré, « je vais vous demander de ne pas l’envoyer en prison parce que c’est une fille bien qui s’est égarée, un acte isolé dans sa vie », rappelant, par ailleurs, qu’en 2017, 129 femmes avaient été tuées dans le cadre de violences conjugales contre 34 hommes (en Métropole). « Il s’est retrouvé avec un couteau dans le cœur. Il n’a rien vu venir, il n’a pas bénéficié d’une mise en garde », souligne Me Kaigre,

    À l’issue de l’audience, Penina Helloa est partie, entourée de policiers, au Camp-Est sous les yeux de sa famille « abattue. On ne s’attendait pas à ce qu’elle aille en prison même si j’avais discuté de cette éventualité avec Penina. On va faire le maximum pour qu’elle sorte au plus vite. Penina a besoin d’avancer, elle a son avenir devant elle, c’est une jeune femme pleine de vie », juge Me Calmet. Du côté de la partie civile, c’est « un soulagement de la voir partir au Camp-Est. Une punition courte mais symbolique », a estimé Me Kaigre.

    Maintenant que la justice est passée, les familles Helloa et Piou se reverront un jour pour une coutume de pardon. D’un côté comme de l’autre, tout le monde est prêt à faire le premier pas.

     

  • DANS LA MÊME RUBRIQUE
  • VOS RÉACTIONS